mardi 8 décembre 2009

Ayons peur

Les êtres humains ont la mémoire courte. Pour le passage à l'an 2000, on nous promettait les pires catastrophes, les distributeurs de billet ne vont pas fonctionner, les ascenseurs allaient tomber en panne. Rien de tout cela ne s'est produit. Il y a eu la grande peur de la vache folle, qui a fait un nombre extrêmement faible de décès. La grippe aviaire a donné le même résultat. Maintenant la grippe A/H1N1.

Mais tout cela n'est rien à comparer à la peur du changement climatique. Le battage médiatique est à son plein. Il est presque déjà trop tard, nous dit-on. Quelques personnalités nous rabâchent en permanence des nouvelles dramatiques. On nous montre des images spectaculaires qui ne veulent rien dire, mais qui essaient de nous montrer en direct le réchauffement climatique. Chacun essaie de se faire un petit peu de publicité en jouant le jeu de la défense de la terre. On nous donne des informations contradictoire. D'un côté il y a surpopulation, et de l'autre on nous annonce la fin de l'humanité. Le réchauffement climatique est devenu une manne pour certains. C'est un moyen incroyable de se faire une place au soleil. C'est à qui sera le plus en tête dans cette affaire. Ceux qui émettent des doutes sont maltraités. On nous fait croire qu'ils ne sont pas crédibles. Pourtant la science n'est pas démocratique, et l'histoire des sciences est pleine d'exemples où la majorité avait tord, et quelques francs tireurs avaient raison.

Rappelons nous du trou d'ozone qui était si grave il y a une vingtaine d'années. Un traité international a interdit les CFC supposés responsables du trou d'ozone en Antarctique. Plus de vingt après le trou est toujours là. Il n'a jamais été aussi grand, alors qu'il aurait dû disparaître en trente ans. Mais on n'en pale plus.

De tout temps, certains ont essayé de contrôler les autres par la peur. La religion a été la plus efficace, elle nous menaçait de l'enfer si nous n'obéissions pas. Elle a été remplacée avantageusement par la science. Dans le passé, religion et pouvoir allaient main dans la main. le pouvoir avait besoin de la religion pour contrôler le peuple, et la religion avait besoin du pouvoir pour exister. La science dépend maintenant quasiment complètement du pouvoir politique. Les scientifiques ont besoin du pouvoir pour continuer leurs activités, et le pouvoir utilise la science comme tampon officiel.

Et si nous n'avions plus peur?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire