dimanche 25 septembre 2011

Revue du livre de Laude Allègre "Faut-il avoir peur du nucléaire?"

Le nouveau livre de Claude Allègre, en réalité un dialogue avec Dominique de Montvalon, soutient le point de vue que le nucléaire n'est pas dangereux, du moins en France. Claude Allègre explique de manière simple les principes de base de l'énergie nucléaire, le fonctionnement de la bombe atomique et des centrales nucléaires. Il fait aussi le point sur l'avenir du nucléaire avec les troisièmes, quatrièmes et cinquièmes générations.

Claude Allègre apporte aussi quelques informations sur les différents accidents de Saint Laurent des Eaux, Three Miles Island, Chernobyl et Fukushima.

Il appuie son raisonnement sur plusieurs points. D'une part, le nucléaire civil n'a fait que très peu de morts en comparaison avec les autres sources d'énergies, comme par exemple le charbon. Pour lui, au moins en France, où nous avons les meilleurs spécialistes du nucléaire, le danger est très faible, et on améliore constamment la sûreté ds réacteurs. Par ailleurs il explique qu'en France, arrêter le nucléaire civil serait très difficile, car il représente 32% de l'énergie totale consommée. Il serait selon lui illusoire de remplacer tout cela par des énergies renouvelables: éolien et solaire, sauf à défigurer le paysage de la France.

Si on suit son raisonnement, la France a une deuxième exception, non pas culturelle, mais énergétique. Le seul pays ou presque qui pourrait utiliser l'énergie nucléaire serait la France. Ce raisonnement pèche de deux manières. En premier lieu, si comme il le dit la consommation mondiale d'énergie va effectivement augmenter dans le monde, la solution ne sera pas nucléaire, il faudra trouver autre chose. Deuxièmement, pour la France, il confirme, comme il le dit lui-même, que le problème des déchets nucléaires dont on ne sait trop quoi faire, continueront à croître indéfiniment en attendant une hypothétique solution technique pour les détruire.

Effectivement, il y a eu beaucoup moins de morts avec le nucléaire civil, et même militaire qu'avec les accidents de la route ou les mines de charbon. Cependant, la peur du nucléaire, n'est pas seulement une question de communication par les organismes officiels. Il y a véritablement une différence entre un accident nucléaire et un accident industriel ordinaire. Dans le premier cas, comme on a pu le voir avec AZF, immédiatement après on peut accéder au site, et le réutiliser. Dans le cas du nucléaire, les zones polluées le sont pour des dizaines ou centaines d'années, comme ce fut le cas à Chernobyl, et maintenant à Fukushima. Des populations entières ont été déplacées, et leur mode de vie a été transformé pour longtemps. Comme le savent bien les assurances, un mort coûte moins cher qu'un blessé. Un accident nucléaire fait peu de morts, mais beaucoup de blessés dans leur chair, mais aussi dans leur mode de vie.

Claude Allègre critique fortement la sortie du nucléaire des Allemands, alors qu'il apparaît au contraire qu'ils vont devenir les leaders des technologies nouvelles, alors que la France va s'entêter dans une filière nucléaire totalement dépassée.
L'avenir dira qui de la France ou de l'Allemagne a fait le bon choix. Je crois que malheureusement c'est bien ce dernier pays qui a raison.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire