samedi 20 août 2011

Pourquoi l’euro ne peut pas continuer

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles l’euro ne peut pas continuer à exister. Tout d’abord, Les habitudes et traditions de chaque pays d’Europe sont différentes. Les pays du nord ont une histoire de rigueur budgétaire, et de discipline. Ceux du sud par contre ont une économie souterraine beaucoup plus importante dont l’effet est de limiter les rentrées fiscales. Avant l’euro, les pays ayant une économie moins bien contrôlée corrigeaient ce déséquilibre par la dévaluation. Cela avait pour effet de baisser le coût des exportations et d’augmenter celui des importations. Ce double effet corrigeait automatiquement les déséquilibres. L’Allemagne a mis un point d’honneur à éliminer l’inflation, mais a réussi son pari par une rigueur absolue. Pour de nombreux autres pays dont la France, l’inflation est un mal nécessaire. Avec elle, les prix augmentent, mais les salaires aussi. L’avantage étant qu’il est possible de moduler ces augmentations dont certaines sont moins rapides que les prix. Psychologiquement chacun a un salaire qui augmente toujours. Sans inflation, il est nécessaire dans certains cas de bloquer les salaires comme ce fut le cas en Allemagne, mais difficilement acceptable ailleurs.

La création de l’euro a été voulue par la France pour essayer de contrôler la puissance économique de l’Allemagne. Avant la réunification, la République Fédérale Allemande était le pays ayant l’économie la plus performante en Europe. François Mittérant a contraint l’Allemagne à la création de l’euro en échange de la réunification. Le coût de cette opération a été très élevé pour les allemands, conduisant une augmentation d’impôts très importantes. Au bout de deux décennies, cette opération a été digérée, et l’Allemagne redevient de plus en plus puissante.

La différence de productivité entre les différents pays de l’euro fait que le système peut fonctionner au début, mais au fur et à mesure que le temps passe, l’écart de productivité s’accroît. A terme, cela devient intenable, et le système explose. Des remèdes provisoires peuvent être apportés, mais le système, mal conçu au départ est condamné à l’échec. Au mieux, il restera une eurozone limitée aux pays ayant des économies comparables. La question restante à résoudre sera celle de la position de la France dont l'économie n'est pas assez efficace pour se rattacher à l'Allemagne. Avant la création de l'euro, le franc s'est continuellement dévalué par rapport au mark. Les habitudes étant difficiles à changer, il est peu probable que la France puisse rester longtemps dans le sillage de son puissant voisin.