mardi 17 avril 2012

La Fusion Froide à Sienne en Italie

La semaine dernière a eu lieu un "workshop" sur la fusion froide à Sienne en Italie, 49 chercheurs étaient présents, venus d'Italie, de France, de Suisse, de Grande-Bretagne, de Russie, du Japon et des Etats-Unis. Il y fut présenté des résultats théoriques et expérimentaux.

Ce qui m'a le plus frappé est le développement par Peter Hagelstein, professeur au MIT, d'une théorie complète expliquant les observations expérimentales. Sa théorie permet de comprendre à la fois les expériences entre palladium et deutérium, mais aussi entre nickel et hydrogène. Par ailleurs son modèle donne des indications précises sur les expériences à réaliser afin de les améliorer.

Côté expérimental, les travaux antérieurs du professeur Piantelli de Bologne ont été présentés. De manière indéniable, des excès de chaleur ont été observés. En particulier un réacteur a fonctionné pendant 8 mois en produisant 60 Watts sans aucun apport extérieur.

Cette réunion a donc été très riche, et préfigure la prochaine conférence internationale qui se tiendra en Corée en août prochain.

8 commentaires:

  1. Bonjour M. Bibérian,
    Avez vous connaissance de ceci :

    http://www.e-catworld.com/2012/04/english-translation-of-build-instructions-for-pirelli-athanor-cell/


    et si oui avez-vous tenté de reproduire le réacteur décrit ?
    Merci de votre réponse.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je vais refaire une expérience similaire avec une excellente calorimétrie en mai/juin. Je pense que nous aurons une réponse précise sur ce type de réaction.

    Je vous tiendrai au courant.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour M.Bibérian,

      Avez-vous pu effectuer cette expérience et si oui où peut-on consulter les résultats ?

      Par ailleurs quelle est votre opinion sur le modèle développé par Richard Godes et al. sur le processus de capture électronique contrôlé ?

      Merci d'avance pour votre réponse.
      Cordialement.

      Rémi ANDRE

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Oui, j'ai essayé de refaire cette expérience, mais avec un résultat mitigé. Avec une poudre nanométrique de nickel recouverte d'oxyde de nickel, j'ai observé une absorption d'hydrogène avec une énergie moyenne dégagée par atome d'hydrogène de 4,5eV, soit environ quatre fois plus que de l'énergie chimique. Malheureusement, après désorption de l'hydrogène, et réabsorption, le dégagement de chaleur ne s'est pas reproduit.

      Je vais continuer avec des mélanges de plusieurs métaux.

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
  3. Bonjour Monsieur Biberian,

    Etant fasciné et malheureusement un peu sceptique face à toutes les informations récentes concernant la fusion froide j'aimerai savoir si vous même avez réussi a provoquer des excès de chaleur "anormaux" par les méthodes de fusion froide dont on parle extraordinairement sur le web et ailleurs? C'était ma première question.

    Pouvez vous nous dire ou les informations que vous avez sur les tests publics futurs ou passés de Defkalion ?

    Quel crédit apportez vous à l'annonce de la NASA concernant la réalité de la fusion froide?

    L'université du Massachusetts semble avoir percé le mystère des difficultés à reproduire l’expérience de 1989, ils auraient cerné le type de palladium adéquat pour l'opération. Avez vous vous-même des informations précises sur cela?

    Pour tous ceux qui passent par cette page web voici une page ou l'on retrouve peut-être le plus de nouvelles sur la fusion froide, il s'agit d'une page facebook : - cold fusion "andrea rossi" method -

    Cordialement.
    Vincent

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    J'ai fait plusieurs expériences concluante. La plus probante a été réalisée en phase gaz par diffusion de deutérium à travers la paroi d'un tube de palladium, avec un excès de 4 watts pendant 4 ou 5 jours. Une autre expérience par électrolyse a montré un excès de 20% avec de l'eau lourde par rapport à de l'eau légère. D'autres expériences ont donné aussi des résultats positifs, mais de moins grande ampleur. En ce qui concerne le couple hydrogène/nickel, jusqu'à présent je n'ai eu qu'une expérience qui a donné une réponse intéressante, avec une poudre comportant nickel, cérium et zirconium.

    je n'ai pas de nouvelle directe concernant Defkalion, mais d'après des indiscrétions, il semblerait que leur dispositif fonctionne, et soit différent de celui de Rossi.

    A la NASA, Fralick a fait des manips de fusion froide dès 1989, et ils avaient à l'époque trouvé des anomalies de chaleur. Ils ont répété ces expériences de manière plus précise, et les ont confirmé.

    Au MIT, une expérience fonctionne en continu depuis plusieurs semaines, mais à un très faible niveau d'énergie.

    Cordialement

    Jean-Paul biberian

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Quand et où exactement se tiendra la conférence internationale dont vous parlez.
    Son théme est-il : la fusion froide?
    Quelle presse en parle?

    RépondreSupprimer
  6. La prochaine conférence internationale aura lieu la semaine prochaine en Corée du Sud.

    Je posterai un message à mon retour.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer