jeudi 16 août 2012

Conférence sur la Fusion Froide à Daejeon en Corée du Sud

La 17ème Conférence Internationale sur la Fusion Froide vient de se terminer à Daejeon en Corée du Sud. Les 152 participants venaient de 19 pays, dont deux seulement de France. Au cours de la réunion, il y eût des exposés à la fois expérimentaux et théoriques. Une démonstration publique a été faite par Francesco Celani de l'ENEA en Italie. Il a montré son nouveau réacteur utilisant un fil d'alliage de nickel et de cuivre en atmosphère d'hydrogène. La puissance électrique envoyée était de 48 Watts, et l' excès de chaleur a atteint jusqu'à 18 Watts pendant trois jours.

Les participants étaient aussi bien des chercheurs venant d'universités et de centres de recherches officiels que des industriels et des petites entreprises. En particulier, il y a eu deux présentations de la part de la société Japonaise Toyota et une de Mitsubishi Heavy Industries. Ces deux organisations travaillent dans le but à la fois de produire de l'énergie, mais aussi de rechercher les transmutations qui se produisent au cours de la diffusion du deutérium dans le palladium.  Le laboratoire Naval Reseach Laboratory de Washington a également présenté ses résultats positifs confirmant après quatre années de recherche que la Fusion Froide était réelle.

La société National Instruments spécialisée dans l'acquisition de mesures était présente. C'est elle qui avait informatisé l'expérience de Francesco Celani. Cette société avait organisé la semaine précédente une conférence avec ses clients montrant l'expérience de Celani. Il y avait 3 700 participants.

La prochaine conférence aura lieu en juillet 2013 à l'Université du Missouri aux États-Unis. Cette université a un groupe important dirigé par Robert Duncan dans ce domaine. Il y a quatre ans, la chaîne de télévision américaine CBS avait fait un reportage pour l'émission "60 minutes" sur la fusion froide. Ils avaient demandé à Robert Duncan qui à cette époque ne s'intéressait pas à la Fusion Froide de faire une enquête sur le sujet. Il avait visité plusieurs laboratoires aux États-Unis, mais aussi en Israël, et il avait été convaincu de la réalité du phénomène. Il est maintenant totalement impliqué, et c'est lui qui organisera la prochaine conférence.

Andrea Rossi n'est pas venu à la conférence, mais nous avons eu un exposé de la société grecque Defkalion qui s'installe maintenant au Canada à Vancouver où ils ont le soutien d'une agence gouvernementale.

Cordialement
Jean-Paul Biberian

42 commentaires:

  1. Merci Professeur !

    .......

    Si vous avez des infos sur des dates de mises sur le marché d'appareils de chauffage ou générateurs d'electricité (ou autre chose de concret pour la vie du public) je pense ne pas être le seul à être intéressé à en prendre connaissance!.... Defkalion parle de 600°C, ces temperatures nous laissent reveur quant à une revolution energetique !

    Merci encore pour votre blog et bonne chance à vous.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces information,
    Je me permet de le citer sur notre forum
    http://www.lenrforum.eu/viewtopic.php?f=11&t=432
    (sentez vous libre de critiquer tout ce qui s'y dit... 8-> c'est fait pour )

    L'histoire de Duncan est un indice de plus que quand on voit les faits, on y croit. Je crois que c'est la fin du déni, à 6 mois près.



    Pour Defkalion, le soutien d'un "agence" est rassurant.
    Je suis plus inquiet sur leurs soucis de bougie ? On ils donné des éléments (des bruits courent comme quoi il y a 3 semaines les bougies grillaient en 2 jours)

    PS: nous y essayons entre européens (mais bon, tout le monde est bienvenu) de faire un groupe de soutien LENR... peut être juste, quand la réalité sera publique, d'aider des petits projets à être identifiés, et lancer la transition énergétique LENR, par le bas...

    Merci pour vos efforts.

    RépondreSupprimer
  3. A mon avis, aussi bien Defkalion que Rossi sont trop optimistes par rapport aux délais de mise sur le marché grand public. Il faut encore beaucoup de temps pour être sûr que les produits sont au point avant de les vendre au grand public.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
  4. Monsieur Biberian,

    merci pour vos informations. merci pour votre travail.

    il apparait que le monde a bien besoin de "la fusion froide".
    une révolution énergétique pour éviter une révolution !
    bien cordialement,

    RépondreSupprimer
  5. Mr. Biberian,

    Je me joins à tous les lecteurs pour vous remercier de votre investissement et de vos travaux.

    Ce sont des gens comme vous qui font avancer l'humanité.

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Monsieur Biberian
    Martin Fleischmann est malheureusement décédé, a l'heure ou la fusion froide est en bonne voie d'être reconnu et par la même les travaux de P&F, Stanley Pons ne devrait-il pas revenir sur la place public et donner de la voie... Est-il toujours en France dans le sud? Est-il même toujours vivant, je ne trouve aucune information sur la toile...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,

    Stanley Pons et en bonne santé, et va très bien. Je ne sais pas s'il souhaite être à nouveau actif dans le domaine de la Fusion Froide.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
  8. zeitgeist : économie basée sur les ressources et l'énergie gratuite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai pas compris, vous pouvez développer.

      Supprimer
    2. Le carburant est ridiculement peu couteux effectivement.
      mais l'investissement pour le réacteur est couteux. au final en intégrant le cout du capital c'est environ 10 fois moins cher que l'énergie électrique actuelle.
      mais cette énergie n'est guère que du travail, et est durable. ce qui coute c'est la puissance max installée, presque pas la consommation.

      (mes vieux calculs basés sur l'hyperion de nov 2011: http://www.lenrforum.eu/viewtopic.php?f=35&t=27 )

      ce que je vois c'est tout t'abord une croissance gigantesques due a un choc de productivité de 10% (coute de l'énergie) voir plus (cout des astuces pour contourner l'énergie chère, cout des pollutions, géopolitiques).
      puis un décollage des pays pauvres qui vont rentre en convergence avec nous, comme les émergents actuels sont en train de le faire. (lire the next convergence)

      ensuite la satisfaction de besoins fondamentaux de milliards de personne vont inityier une fenêtre de Masslow (voir 21th century waves) et nous ferons des trucs funs et inutiles, genre aller sur mars, voir terraformer venus.

      Supprimer
    3. Donc nous sommes dans la prospective a très court terme. C'est certain nous arrivons en terre inconnue et donc tout peut arriver avec les potentialités et les applications pratique et industrielles de la fusion froide, très vite ou plus lentement difficile à dire...
      D'une économie expansions que l'humanité a toujours connue depuis la création du troc et de l'argent nous arriverions dans une économie basée sur les ressources et l'énergie gratuite, pourquoi pas, aujourd'hui toutes les hypothèse se valent, a développer...
      Je me risquerai quand même à dire que le monde ou nous sommes se caractérise par l'urgence et sa rapidité d'évolution, les nouvelles technologies informatiques l'illustre tous les jours. Tout évolue très vite aujourd'hui, nous sommes entrée depuis 2008 dans le chaos, il peut être express. Les LENR peuvent se développer très vite et donner des solution quasiment immédiate a une échelle de 10 ans voir moins.
      "Nous vivons une situation de rêve" comme l'a dit Mr Biberian dans son doc.les archives oublié, nous les internautes et blogueurs en commentant ces événements nous vivons l'histoire également. Notre humanité est-elle capable de survivre dans un espace fermé, ou ne peut-elle pas, même momentanément? Depuis des millénaire nous vivons dans des cycle de migrations à l'échelle de notre planète, quittant une région ou un pays pour un autre quand la vie devient difficile a la recherche d'un eldorado... Il faut donc a tout prix partir vers d'autres cieux, la mer, La lune, Mars , Vénus comme vous le supposer( pourquoi vénus?).
      Voilà c'est mon hypothèse je vois très mal l'avenir si nous devions rester prisonnier de notre ile de pâques...
      Maintenant cette énergie tant attendue depuis des lustres arrive et nous avons du mal a imaginer toutes les conséquences.

      Supprimer
    4. Pour une futurologie intéressante lisez cold fusion and the future
      http://lenr-canr.org/acrobat/RothwellJcoldfusiona.pdf

      sinon pour la vision de l'énergie gratuite, je ne suis pas d'accord. c'est le carburant qui sera gratuit, la combustion propre. les réacteurs resterons couteux, mais en travail.

      quand a la situation actuelle c'est occidento-centré, et ce qui se produit actuellement est un ratrappage rapide du retard de pas mal de populations pauvres. une période enthousiasmante pour ceux qui il y a 30 ans vivaient a 1 dollard par jour, comme nou il n'y a pas si longtemps...
      quand a notre peur de l'avenir en occident c'est la peur de perdre notre place, de l'invasion démographique et économique...

      je vous invite a lire "the next convergence"
      http://www.thenextconvergence.com/

      sinon allez sit 21th century waves
      http://21stcenturywaves.com/
      pour savoor ce qu'est une fenêtre de maslow
      lire aussi cet article
      http://nextbigfuture.com/2012/01/does-war-bring-prosperity-or-is-it.html

      Supprimer
  9. Totalement d'accord, mais ce n'est pas incompatible avec la crise de la mondialisation ni l'urgence qui en découle, et les théories brillantes, mais pertinente que partiellement, qui ne sont pas l'élément déclencheur qui l'emporte sur tout.
    Notre planète ne supporte plus notre modèle expansion économique car elle limité par sa géographie tout simplement et que depuis peu elle ne suffit plus dans ses richesses...
    C'est justement le rattrapage par le haut des pays injustement exploités ou oublié qui va devenir explosif. Car aujourd'hui l'injustice est sur la place public avec l'internet, le printemps arabe est une belle illustration de ce rattrapage.

    Merci en tous cas pour vos liens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. beaucoup de soi-disant limitation sont juste causées par lefait qu'on n'a pas encore besoi de creuser plus loin.

      en plus la crise morale actuelle, lié a la décroissance, pousse certains, même scientifiques, a nous bobarder honteusement en ignorant le coté recyclable de plein de biens, et les potentiels de progrès immédiats...

      ce que je lis souvent dans les mériterais un zero pointé en ingénierie, mais un 18 en rhétorique.

      Supprimer
    2. C'est vrai, il y de nouvelles méthodes, tant dans l'ingénierie que d'ailleurs dans l'agriculture, qui seraient bien moins gourmande en ressources que celles utilisés dans cette économie d'extensions ou de "gaspillage" comme le dirait Monsieur Nicolas Hulot.

      Pour ce qui est de l'agriculture voici un lien vidéo d'une conférence passionnante sur les nouvelles pratiques qui pourraient être mise en place pour nourrir la planète.

      http://www.universitedelaterre.com/conf_video.php?quel=16&edition=2011

      En voici d'autres tout aussi passionnant

      http://www.universitedelaterre.com/videos.php

      A visionner ou télécharger avec "real player" pour visionner en famille ou entre amis pour poursuivre le débat...
      Je conseille d'ailleurs toutes ces conférences elles sont toutes captivantes font évoluer sa propre réflexion.

      Bien cordialement

      Supprimer
  10. http://www.universitedelaterre.com/conf_video.php?quel=3

    une conférence de 2008 a voir sans delais

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Mr Biberian, et tous les autres.
    Sur LENR Forum nous avons commencé a penser a des actions, sans vraiment savoir quoi.

    J'ai proposé la rédaction d'une lettre ouverte:
    http://www.lenrforum.eu/viewtopic.php?f=11&t=495
    En l'état il faudrait surtout s'assurer qu'il n'y a pas d'erreurs factuelles, et corriger d’éventuelles fautes de langage.

    Je ne sais pas si c'est une bonne idée, et je suis preneur de toute critique, surtout éclairée.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      A mon avis, il n'y a pas d'erreur

      Bonne continuation

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
    2. Bonjour, il y a une chose qui m'interroge, à propos des systèmes avec Nickel. La courbe d'Aston semble indiquer qu'aucune énergie de soit disponible avec le Nickel, que ce soit par fission ou par fusion ... Qu'est ce que vous en pensez Mr Biberian ?

      Supprimer
    3. On ne connaît pas encore le mécanisme de la réaction. Il est possible que ce soit une fusion de deux atomes d'hydrogène pour produire du deutérium. Mais personne n'a jamais essayé de mesurer l'augmentation de deutérium dans l'hydrogène, car il y a toujours du deutérium dans l'hydrogène ordinaire, et la mesure est donc difficile, sauf si une très grande quantité d'énergie est produite.

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
    4. 'comprend pas ... je m'apelle Jean nous avons échangé par mail et je vous ai écouter en conférence à Sillan la cascade. Bref en tout cas ce dispositif (E-Cat ou Defkalion) n'est pas le votre, mais on nous dit que le nickel transmute en cuivre, il n'est donc pas question de fusion entre deux atomes d'hydrogène. Hors selon cette fameuse courbe il n'y a à peu prêt aucune énergie à retirer d'une telle transformation, d'ou ma question et mon incompréhension de la réponse. A moins que le Nickel ne joue une role de catalyseur comme le paladium mais justement on nous dit que le nickel est le "carburant" ... j'espère que nous en saurons plus prochainement. Merci à vous.

      Supprimer
    5. Oui, c'est vrai que Rossi parle de la transmutation du nickel en cuivre, mais ce n'est pas nécessairement la réaction qui produit l'énergie. C'est peut être une réaction secondaire. En réalité, il faut plus de précisions sur les mesures.

      A bientôt donc à Sillan la Cascade

      Cordialement

      Jean Paul Biberian

      Supprimer
    6. Jean à nouveau, je vais répondre à ma propre question. Mon approche est simpliste sans doute, sinon que je me base sur cette courbe d'Aston. Elle montre donc qu'avec la fusion de l'hydrogene on se déplace vers le bas de la courbe en dégageant de l'énergie. En partant des éléments lourds à droite (uranium) par fission on se déplace aussi vers le bas de la courbe :

      http://physiquechimie.yolasite.com/resources/courbe%20aston.JPG?timestamp=1270463428375


      Dans le cas du réacteur à Nickel on est dans la partie plate, la réaction Nickel vers Cuivre semble plutot sans interet. Par contre la réaction implique aussi de l'hydrogène, (Ni + H -> Cu), donc en partant de l'hydrogène vers le cuivre là on peut dire que le différentiel est plutot important. C'est peut etre là la réponse à la question.

      Vous avez vous meme manipé avec ce type de réacteur il me semble Mr Biberain, j'ai vu ça dans un reportage.

      Supprimer
    7. récemment il semble que Rossi ait admis s'être trompé.
      le cuivre serait une réaction annexe mineure...

      maintenant on peu regarder les résultats préliminaires de Defkalion, mais il manque les éléments légers...
      certains soupçonnent une fusion H+H+H+H+...

      Supprimer
    8. Bonsoir,

      Je suis en train de faire des expériences avec des fils de nickel en atmosphère d'hydrogène avec un calorimètre à flux de chaleur. Les premiers résultats sont intéressants, et semblent produire un excès d'énergie. Je suis prudent, et je vais les répéter avant de pouvoir en parler avec plus de détails.

      En science expérimentale, il y a toujours un risque d'erreur de mesure, je reste donc prudent...

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
    9. Nous attendons tous avec impatience vos conclusions sur la conférence de Rossi et vos expérimentations en cours, sur un prochain post.

      Supprimer
  12. Bonjour Mr Biberian,

    Je suis en train de regarder une conférence sur le sujet, qui se tient à Zurich.

    Le lien pour le streaming : http://www.ustream.tv/channel/z%C3%BCrich-09-2012-live#utm_campaign=unknown&utm_source=11937454&utm_medium=social
    Le son n'est pas terrible mais ça me semble être sérieux.

    Le lien où j'avais été prévenu de cela : http://fusion-froide.com/1546

    Il serait intéressant d'avoir votre avis d'expert sur cette conférence.

    Merci beaucoup pour ce blog.

    Cordialement,

    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. a noter a coté des rapports de test (non signé, un peu légers...), et d'un slide de Prometeon présentant dans le futur une centrale électrique e-cat+siemens, il y a l'annonce dévastatrice des suédois de HydroFusion qui après un échec des test sur le hot-cat ce 6 septembre, réservent leur jugement et bloquent les investissements...

      J'avais pendant quelque temps pensé que Rossi coifferais Defkalion sur le poteau, et là les deux sont au stand pour problème technique. Quand a Brillouin et Kresenn, je leur souhaite bonne chance pour pimenter la course.

      En tout cas, bien vu Mr Biberian, ils semble au minimum trop optimiste quand au délais d'industrialisation...

      espérons que ce ne soit que temporaire.

      Supprimer
    2. pire que je ne pensais.
      la présentation de prometheon a été annulée.
      la cause de la perte de confiance de HydroFusion est que les suédois se sont rendu compte que leurs instruments marquaient 3 fois plus de puissance que ceux de Rossi... (puissance efficace contre apparente - si j'avais fait cette erreur à 20ans j'aurais raté mon exam)

      "Investor Group had instructed the SP Technical Research Institute of Sweden , to monitor the measurement, and the researchers who attended measuring an input electrical power that was two to three times higher than Rossi himself measured. The measurement used the SP called True RMS instruments ."

      Supprimer
    3. juste pour calmer le jeu après la séquence d'hier.
      Pour Prometeon, on ne sais pas pourquoi, mais Siemens n’apprécierais probablement pas d'être cité.
      Quand à Hydrofusion, il semble sur Rossi comme les suédois utilisent uniquement des ampèremètres (et peut être voltmètres). L'ampèremèrre suédois étant "True RMS" aurait bien mesuré des fréquence ellevées liés à la commutation d'un triac du régulateur de rossi, et interprété ca comme une source de puissance. mais la résistance du réacteur devrait ignorer cette composante haute fréquence (elle serait trop inductive et capacitive pour les abosrber)...
      et aucun des deux n'a pensé a utiliser un wattmettre.
      Rossi par contre a prévu d'utiliser un variac qui lui produit une onde propre et pas de HF...

      ca fait ammateur, mais bon l'e-cat a l'air de marcher

      Supprimer
  13. Bonjour,

    D'après ce que j'ai entendu comme retour de personnes qui y étaient, Rossi a été convainquant. Cependant, j'aimerais en savoir plus sur les détails. D'après ce que j'ai compris, il y a quand même des gammas de 50 à 100 keV qui sont produits. Cela est une bonne indication de la nature nucléaire du phénomène, mais c'est également un obstacle à la diffusion au grand public.

    Nous devons attendre encore pour en savoir plus.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,

    En ce qui concerne la réunion de Rossi à Zurich, je ne peux pas dire grand chose. Tant que nous n'aurons pas un exposé clair du fonctionnement de son réacteur, ce sera toujours difficile de conclure. Il n'a pas besoin de donner la formule de son catalyseur, mais au moins des mesures de puissance injectées, reçues, comment il fait les mesures etc. En résumé, je ne sais pas si son système marche ou pas.

    Par rapport à mes propres travaux, il est encore trop tôt pour conclure. Il faut toujours rester prudent avant des annonces qui pourraient être erronées.

    Chaque fois que je trouve un résultat positif, ma première réaction est de trouver l'erreur, qui quelques fois est difficile à déceler, mais c'est la moindre des choses quand on travaille en science en général, et en fusion froide en particulier.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
  15. Mr Biberian ,
    Etez vous d'accord avec ce qui suit ?
    Le probleme de verification d'une experience de type LENR est principalement la mesure calorimetrique.
    Nous travaillons avec un objet partiellement ouvert a l'exterieur.
    Les echanges thermiques ne sont pas negligeables. Si une experience degage un surplus leger d'energie thermique, il est en fait tres difficile de valider la valeur d'energie degagee car elle se fait par mesure de temperatures de l'objet dans sa globalité.
    Des mesures locales peuvent être sans doute faites mais de la a les valider, car elles peuvent venir de phenomenes locaux. Seul l'ensemble nous interesse.

    Les mesures de puissance en entree sont de plus falsifiables (Rossi ?) et leur mesure n'est pas si simple qu'on peut l'imaginer.
    Il faut de plus ecarter le chimique

    En gros, vous n'etes convaincu d'un phenomene exothermique qu'a partir de 10% de surplus, 1% ou 0.1% ?

    Autre question , avez vous un jour mesure des phenomenes tres probablement endothermiques ? (Même si entropiquement ca parait contradictoire mais nous sommes dans un domaine etrange)

    Salutations
    E Gaillard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Vous avez raison, la mesure de la chaleur produite n'est pas facile à faire, sauf s'il y a des très gros excédents, ou encore mieux qu'il n'y ait plus d'apport d'énergie du tout.

      En fait, les sources d'erreurs sont nombreuses, et j'en ai rencontré énormément. Si vous trouvez un os de dinosaure quelque part, ce n'est pas la preuve qu'il y avait un dinosaure à cet endroit, il se peut très bien qu'il ait été apporté par quelqu'un bien plus tard. C'est la même chose avec la fusion froide, on a besoin de pouvoir recouper plusieurs mesures différentes. Un thermomètre peut être mal calibré, un voltmètre peut être déficient, etc...

      En ce qui concerne les mesures électriques, les plus justes sont celles en courant continu, là il n'y a pas de problème, il suffit de multiplier la tension par le courant pour trouver la puissance. En régime alternatif, ou impulsionnel, c'est beaucoup plus délicat, surtout si la charge n'est pas résistive.

      Pour la calorimétrie, la mesure de températures n'est pas suffisante, car dans un système quel qu'il soit, il peut y avoir un effet de répartition de la chaleur qui modifie les mesures de température. le plus simple est d'avoir un calorimètre à flux massique, par exemple, une circulation d'eau qui fat qu'en mesurant la température d'entrée de l'eau, et celle de sortie, et en multipliant par le débit, on détermine la puissance thermique générée. Mais même avec cette méthode, il y a un risque d'erreur, surtout évidemment sur les basses puissance, car la température de la pièce joue un rôle important, et elle doit être stable.

      Dans tous les cas, il faut faire une calibration pour être sûr qu'il n'y a pas une erreur qui s'est glissée quelque part.

      Pour ma part, je préfère un excès supérieur à 10% et avec un niveau d'excès d'au moins un Watt.

      J'ai quelques fois eu des expériences négatives, mais je n'ai pas approfondi pour savoir si c'était une erreur ou une réaction endothermique.

      Cordialement
      Jean Paul biberian

      Supprimer
  16. Bonjour,

    je me suis toujours posé la question à propos de la technologie nickel/hydrogène type rossi.
    c'est un système statique, fermé ou les reactions se produisent ça et la au coeur du réacteur.
    toutefois, s'il y a effectivement fusion HH , le produit de fusion donc l'atome d'hélium est plus "gros" que celui d'hydrogène,m'empêcherait 'il pas les réactions ultérieures s'il n'était évacué ?
    ce serai une explication d'échec avec des nanopoudres, aussi la trop grande régularité de la population de grains pourrait nuire à établir un flux d'évacuation??

    Dans le cas de l'expérience P et P, l'admission de l'hydrogène ainsi que l'évacuation de l'azote se fait naturellement par la paroi, sans piège, au contraire d'une masse de poudre..
    L'avantage de la poudre, par contre, est surement la grande surface d'échange donc de rendement.

    Aussi, on a fait des expériences intéressantes de diffusion d'hydrogène à travers une paroi de palladium , dans une nanopoudre de nickel afin de faire réagir "nucléairement"ce métal mais est on sûr que c'est le nickel qui réagit ?? ou simplement le couple HH ? dans ce cas on aurait pu essayer à l'extrême de la nanopoudre de fer afin de savoir vraiment ou se situe la réaction..

    Qu'en pensez vous ?

    David

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      On ne connait pas le mécanisme de la réaction avec l'hydrogène. En fait il y en a plusieurs: H+H peut produire du deutérium, et non pas de l'hélium, ou alors il y a transmutation par exemple Ni+H produit du cuivre. Ou encore d'autres réactions de fusion de l'hydrogène avec les atomes du support. Dans tous les cas, on est encore dans le domaine des hypothèse, car nous n'avons pas encore assez d'informations sur le réacteur Rossi.

      La diffusion de l'hydrogène à travers le palladium est très bien connu, car on utilise le palladium pour purifier l'hydrogène.

      J'ai fait quelques expériences négatives avec de la poudre de fer sans succès, mais cela ne prouve pas que c'est impossible.

      Cordialement

      Jean Paul Biberian

      Supprimer
  17. Bonjour,

    Bonjour le temps gris de Paris laisse le cerveau vagabonder vers d'autres horizons..lol...comme la FF.

    H-H fait D, toutefois si je me trompe pas on a détecté de l'hélium 4 proportionnellment aux quantités de chaleur mesurées.

    quels sont les hypothèses, à ce jour , pour cet hélium ?

    Bonne journée

    David

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      L'hélium-4 a été détecté dans des expériences avec du deutérium et du palladium, jamais avec de l'hydrogène

      Cordialement

      Jean Paul Biberian

      Supprimer
    2. Bonjour monsieur Biberian,
      J'ai écouté l'une de vos conférences que j'ai trouvée très enrichissante. Je n'ai rien d'un chercheur dans les sciences physiques. Je suis plus orienté vers la psychologie et les philosophies spiritualistes.
      Par contre, à titre d'information, j'ai un ami qui a fabriqué un transformateur qui produit plus d'électricité qu'il n'en entre.
      Bonne chance dans vos travaux.
      Roger Leduc
      rogerled@sympatico.ca

      Supprimer
    3. Bonsoir,

      merci pour votre message, j'aimerais en savoir plus sur le transformateur de votre ami.

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
  18. Who will get such nice stuff in this amazing way. Keep sharing this good work. It was really nice coming across the post.

    RépondreSupprimer