mardi 4 décembre 2012

Un livre sur la fusion froide

Je viens de publier le premier livre en français sur la fusion froide aux éditions Trédaniel:

 "La fusion dans tous ses états: fusion froide, ITER, alchimie, transmutations biologiques"

La préface a été écrite par Stanley Pons, co-découvreur de la fusion froide avec Martin Fleischmann.

Cet ouvrage s'adresse à tous les publics, sans connaissance scientifique particulière. Il raconte l'histoire de la fusion froide telle que je l'ai vécue et je la vis encore. Au cours de cette trajectoire, j'ai pu réfléchir sur des sujets annexes comme le réacteur controversé ITER, et mettre en évidence les faiblesses de ce projet. Je me suis intéressé à l'alchimie, en faisant moi-même des expériences avec un alchimiste, et en analysant des pièces en argent alchimique. Ce livre relate également l'histoire des transmutations biologiques et les expériences que j'ai effectuées.

Lien pour se procurer le livre (18 euros)

http://www.editions-tredaniel.com/la-fusion-dans-tous-ses-etats-p-5204.html

27 commentaires:

  1. La fusion froide présente depuis toujours et mise en application par Dame nature!

    RépondreSupprimer
  2. Enfin un ouvrage de vulgarisation faisant référence sur la fusion froide en Français.

    Je viens personnellement de l'acquérir. Je trouverai intéressant de publier le préface avec votre accord, par exemple sur fusion froide ou d'autres sites étranger.

    Monsieur Pons même s'il souhaite rester en retrait des événements d'aujourd'hui (ce que je comprend tout à fait), il semble vous donner carte blanche pour prendre le relais...

    Merci d'avoir écrit cet ouvrage je ne l'ai pas encore terminé, si mes enfants me laisse un peu de temps ce week-end cela sera fait.

    Très cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Vous pouvez publier la préface, il serait bon de mettre les versions en français et en anglais

      Cordialement

      Jean Paul Biberian

      Supprimer
    2. Je vois que vous êtes très occupé, si la France ce décide pour développer la fusion froide la nation ne manquera pas de faire appelle a votre expertise.
      D'autres seront certainement plus rapide, dans le cas d'une brusque arrivé dans le paysage publique et scientifique vous aurez une place importante...

      Supprimer
  3. Merci au Dr. Jean-Paul BIBERIAN pour ce passionnant, intéressant livre, d'une remarquable simplicité, traitant les sujets tels que la fusion froide, ITER, l'alchimie, les transmutations biologiques.
    Ce livre est à la portée de tout un chacun et nous lui souhaitons tout le succès qu'il mérite.

    Quant aux applications de la fusion froide au service de l'Humanité, nous souhaitons qu'elles en soient à la 3ème. étape de la citation ci-dessous de Arthur SCHOPENHAUER :

    "Toute vérité franchit 3 étapes :
    "D'abord, elle est ridiculisée ;
    "Ensuite, elle subit une forte opposition ;
    "Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence."

    Ainsi soit-il !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Merci pour votre message encourageant, J'espère aussi que nous approchions rapidement de la 3ème étape, bien que le chemin qui reste est encore semé d'obstacles.

      Cordialement
      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
  4. M.Biberian,
    Il est vrai, les idées et les théories sur la ff (ou lenr) subissent une forte opposition et sont ridiculisées parfois.
    La raison n`est pas simplement qu`elles violent les modèles de la physique connue et éprouvée, mais parce que les expériences ne s`avèrent pas reproductibles et les preuves apportées manquent de fiabilité.
    En question est la méthode des chercheurs critiqués. Qu`on s`appuie sur quelques expériences qui auraient donné des résultats allant faiblement dans le sens voulu, sans nommer les milliers d`autres essais de la meme facture qui n`en avaient donnés rien, c`est une chose. Il en est une autre de mesurer ces minimes changements de température et d`énergie thermique avec des moyens et des méthode inappropiés.
    Voilà des propositions que certains scientifiques ont faits afin d` écarter le hasard et l`arbitraire dans ces expériences:
    - une puissance de 20-100 watts d`un "CP" d`au moins de 6
    - une durée du débit de plusieurs jours ou semaines sans l`apport d`énergies nouvelles
    - une calorimétrie correcte en ne relevant pas ponctuellement la température ou conduire une calorimétrie isoperibol, mais en mésurant les flux de la chaleur ou du fluide, pas de calorimetrie "barbotage de vapeur"
    - calibration du système de calorimétrie avant et après les tests
    - un nombre approprié d` essais blancs afin d`écarter les origines vagabondes de l`énergie thermique

    M.Bibérian vous avez enseignez entre autre les problèmes de la calorimétrie et je n`ai pas de doute que vos expériences et vos mesurages sont et seront executés avec toute la rigueur scientifique nécessaire.
    Cordialement
    D.A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Le problème est que nous sommes à l'époque des premières voitures, et que les opposants veulent des Ferrari. Dans une science nouvelle, les premières expériences sont de faible niveau, et ce n'est que petit à petit que le phénomène s'amplifie.
      La fusion froide est un sujet dénigré et il n'y a pas de financement pour cette recherche. Une science ouverte devrait regarder de près les faits pour les vérifier, et donner les moyens de réussir.
      Mais ce n'est pas la première fois que la science se retrouve dans cette situation. Au moment de la découverte de la radioactivité, une grande opposition a été faite, car cela ne correspondait pas aux théories de la chimie de l'époque.
      La science se retrouve aujourd'hui avec la fusion froide dans une situation similaire.

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
    2. an passant, la fusion froide ne viole pas les loi de la physique telle que décrite ajoud'hui par le modèle standard.
      Nous sommes très loin de pouvoir utiliser la MQ pour exclure une réaction comme celle de la fusion DD à basse température. C'est juste que les modèles simplifiés de fusion chaude appliqué aux conditions de la fusion froide, ne laisse pas de possibilité que ca marche. La belle affaire!
      Ce qui semble requis est simplement qu'il y ait conservation des charges, de l'énergie+masse, de la quantité de mouvement, croissance de l'entropie, sur le système entier isolé. Les LENR sont parfaitement compatibles avec ça. Maintenant ca n'exclus pas qu'il y ait des ajustement a faire... les faits priment.

      Autant d'incompétence et de vanité me laisse pantois. d'un autre coté j'ai bossé sur des modèles numériques financiers, et j'ai rien a dire.
      Certains utilisent les modèles comme l'alcoolique le réverbère...

      Humour de sortie de bar:
      -monsieur vous cherchez vos clés sous le réverbère...
      -oui...
      -vous les avez perdu ou?
      -là bas sous ma voiture !
      -mais pourquoi vous cherchez sous le réverbère et pas sous votre voiture ?
      -ici j'y vois mieux !

      pour certains le réverbère c'est Black&Scholes, d'autres l'efficience de marché, pour d'autres c'est la LLSS, pour d'autres l'approximation B-O... chacun a son réverbère. tant que les clés y sont c'est productif. Sinon c'est au moins précisément faux... psychologiquement plus confortable que "officiellement mal compris"!

      Supprimer
  5. la fusion froide a existé avant Pons et Fleischmann, c'est la fusion muonique, où un électron d'un atome de deutérium est remplacé par un muon qui a la même charge électrique que l'électron, mais dont la masse est environ 200 fois plus grande. Du coup les deux atomes de la molécule de deutérium sont plus proches que dans la molécule standard, et la fusion s'opère par effet tunnel. Le muon n'est pas perdu, et peut continuer à faire fusionner d'autres molécules de deutérium. Comme la durée de vie du muon est courte, on n'a pas réussi à obtenir des rendements suffisant.

    Ceci démontre que dans certaines conditions, la fusion froide est possible. Il faut trouver un autre catalyseur que le muon. C'est probablement ce qui se passe dans les métaux chargés en hydrogène. Ici le mécanisme n'est pas encore connu.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
  6. juste pour information j'ai trouvé un article qui a proposde ce livre

    http://www.larecherche.fr/idees/touc...-02-2013-97548

    ca m'a poussé a faire une réponse toute naïve, de béotien:

    http://www.lenr-forum.com/showthread.php?1114-La-recherche-dommage-que-internet-ait-permis-%E0-la-fusion-froide-de-survivre&p=3872&viewfull=1#post3872

    j'ai juste oublié de citer Roland Benabou, mais parler de Groupthink et de déni collectif, c'est un peu trop.

    S'ils publient ma réponse, ce dont je doute, je témoignerais à leur défense au procès de la fusion froide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oops le lien sur la recherche est mauvais:
      http://www.larecherche.fr/idees/touche-pas-a-ma-science/fusion-tous-ses-etats-jean-paul-biberian-01-02-2013-97548

      Supprimer
    2. Bonjour,

      A la suite de l'article publié par "La Recherche", j'ai envoyé le message suivant à son auteur qui est l'éditeur en chef d la revue. Je ne sais pas si mon commentaire sera publié. Voici le texte:

      Monsieur Allemand,

      Dans le numéro 472 de votre magazine, en page 89, vous faites une revue de mon livre : "La fusion dans tous ses états: fusion froide, ITER, alchime, transmutations biologiques". Je suis très surpris de lire qu'en parlant de l'expérience de Pons et Fleischmann vous disiez que "toutes les tentatives pour reproduire cette expérience ont échoué". Ceci est absolument faux, et je cite dans mon livre plusieurs travaux démontrant que Pons et Fleischmann ne s'étaient pas trompés, et qu'au contraire, ils avaient ouvert une nouvelle voie de recherche pleine de promesses pour la science et l'humanité. Ceci est attesté par les centaines d'articles scientifiques publiés dans des revues avec comité de lecture, la très grande majorité étant disponible sur le site: iscmns.org.

      D'autre part, ne vous inquiétez pas, je ne souhaite pas toucher à votre science, comme le titre de votre article "touche pas à ma science" le laisse croire. Bien au contraire, je souhaite seulement montrer au lecteur que la fusion froide est un véritable thème de recherche scientifique ayant des retombées très importantes qui mérite l'attention de tous, chercheurs ou simples citoyens.

      Cordialement

      --
      Jean-Paul Biberian
      Tel : + 33 660 14 04 85
      www.jeanpaulbiberian.net

      Supprimer
    3. "Toutes les tentatives pour reproduire cette expérience" de Pons et Fleischmann qui, d`après vous, n`auraient pas echoué, sont-elles à leur tour reproductibles ?

      Supprimer
    4. Bonjour,

      L'expérience de départ de Pons et Fleischmann a été reproduite à l'identique par deux équipes, celle de Georges Lonchampt à Grenoble, et celle de Melvin Miles à la fois aux États-Unis dans son laboratoire de la Navy, et aussi au Japon. D'autres reproductions ont été faites avec des méthodes de mesure différentes, comme l'ont fait Mike McKubre et ses collaborateurs de SRI à Palo Alto.

      D'ailleurs, le fait que l'expérience soit faite avec des techniques différentes ajoute de la crédibilité aux résultats, car en faisant exactement la même expérience, on risque de faire les mêmes erreurs systématiques.

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
  7. Jean : A ma connaissance il y a eut aussi une manip au CNAM de Paris qui s'est déroulée avec succès, en phase gazeuse, dans les années 90.

    Il y a une chose que je ne comprend pas, que les gens se posent s'ils entrent dans le sujet. Comment se fait il que les chinois par exemple, qui n'ont pas beaucoup de pétrole ni spécialement non plus d'uranium, qui ont me semble t il tout interet à développer ce genre de technologie, ne sortent rien ? Que se passe t il en Chine ?

    Autre question : le système ECat et apparentés est sur les rangs depuis quelques années maintenant, ou en est on ? Ne craignez vous pas, j'en doute moi meme en posant la question mais je la pose quand meme, ne craignez vous pas qu'il s'agisse d'une manoeuvre ayant pour but de discréditer définitivement cette voie de recherche ? Vous avez vous meme fait des manips avec du Nickel alors j'imagine que vous allez me répondre que non.

    On se demande comment, malgré le lobby du pétrole et diverses explications qui pourraient convenir, le dollar etc ... comment il se fait que nous en soyons encore là si cette voie est exploitable pour produire de l'énergie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Les Chinois sont très actifs dans la fusion froide, ils ont 21 laboratoires qui y travaillent. Je pense qu'en ce moment, ils n'en sont qu'à de la recherche fondamentale, mais je ne sais pas s'ils en sont plus loin.

      Les différents acteurs qui travaillent sur des prototypes sont très discrets, j'espère que nous en sauront plus à la conférence internationale de cet été qui se déroulera aux Etats-Unis en juillet à l'université du Missouri.

      Je ne crois pas du tout que les opposants aient besoin de l'Ecat et autres produits pour dévaloriser la fusion froide. Il suffit de lire le texte du magazine "La Recherche" en réaction à mon livre pour comprendre que cela n'est pas nécessaire.

      Il y a probablement une conjonction d'intérêts qui s'oppose à la fusion froide, en particulier les scientifiques et les industriels de l'énergie. Mais la vérité finit toujours par triompher.

      Cordialement
      Jean Paul Biberian

      Supprimer
    2. si je regarde la manière dont le réacteur EmDrive (www.lenr-forum.com/showthread.php?1126) a été ridiculisé, mais aussi l'ADN, la radioactivité, il semble qu'il n'y ait pas besoin d'un lobby industriels en danger pour que les innovateurs soient ridiculisés.

      Apparemment les innovations sont lancés par des outsiders, ignorées, combattues, puis capturées...
      Ruby carat a fait un article sur le livre de Taleb (anti-fragile).
      http://coldfusion3.com/blog/black-swan-creator%E2%80%99s-latest-work-has-intriguing-implications-for-lenr
      Ca rejoint les conférences de Norbert Alter qui explique bien que les innovateurs sont nécessairement des étrangers, des gens en réseau, et des gens résilients (solides et têtus quoi!).

      Supprimer
  8. Jean : vous parlez du numéro du magazine "La Recherche" en cours consacré au climat je pense, février 2013.

    En fait vos réponses sont déja dans mes questions, certaines ont déja eté posées d'une façon ou d'une autre. Je visite pas mal de sites ou l'on discute de ce sujet, les gens en tout bon sens se disent que si ça marchait ça se saurait (c'est très stupide en fait comme principe puisque justement ça se sait), et que ce serait employé ou médiatisé, que ça ferait l'objet de lourds investissement pour ne pas se faire distancer par les pays concurents, que sais je ... ce qui est moins bete déja.

    Selon moi, il faudrait que des gens compétents puissent aller chercher du coté de l'économie ou de choses comme ça pour démonter cet imbroglio. Par exemple vous dites dans une de vos réponses je crois, que la transmutation de métal en or, en admettant cette possibilité, ne constituerait pas une menace pour l'économie mondiale, puisque les monnaies ne sont plus référencées à l'or. Pourtant l'or reste une valeur refuge, et il a quelques controverses aux USA sur le stock réel d'or détenu à Fort Knox (Ron Paul), ou encore une autre controverse à propos de lingots plaqués or mais en réalité contenant du tungstène, lingots chinois mais provenant originellement des USA, échangés dans le cadre d'opérations monétaires entre états pour des histoire de taux de change. Je n'y comprend pas grand chose moi même mais il me semble que l'or continue à jouer un role important.

    Et puis il y a la question du pétrole, qui soutient l'existence du dollar selon l'analyse de William R. Clark. Tout est connecté dans ce monde moderne, dans le domaine des technologies on parle de convergence, les différents domaines des activités humaines ne seraient ils pas l'objet d'un phénomène semblable, sous la coupe des grandes organisations de pouvoir et par le moyen des outils et concepts modernes de gestion de la complexité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'impact sur l'or ne serait pas économiquent notable.
      par contre l'énergie coutant 10% du PIB, la division par 10 de ce cout, va faire un choc énorme...

      et bénéfique...

      comme l'ont été les gains de productivité agricole puis industrielles qui ont créé l'exode rural et les 30 glorieuses...

      tout va changer, les conservateurs vont paniquer et tenter de conserver un monde aussi inconfortable que aujourd'hui, de peur que ca aille mieux pour les autres.

      Supprimer
  9. Bonjour monsieur Bibérian,

    que pensez vous du principe et de la théorie avancée et brevetée par Mr Piantelli ??

    Slts

    David

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Si j'ai bien compris l'essence de cette théorie, Piantelli suppose la création d'atomes H-, c'est-à-dire des atomes d'hydrogène avec deux électrons. Cet atome étant négatif ressemblerait à un électron de masse très élevée qui pourrait rentrer dans le cortège électronique de l'atome de nickel. Etant très lourds, cet atome H- tournerait très près du noyau, et pourrait facilement fusionner avec le noyau par effet tunnel.

      J'aime bien cette idée, mais elle me paraît irréaliste, car l'atome H- est très volumineux, et je me demande comment il ferait pour passer dans le nuage électronique du nickel.

      Cordialement

      Jean Paul Biberian

      Supprimer
  10. Bonsoir,
    il y a de l'idée tout de même...il a raison a mon avis en partie.ce serait bien l'action de rajouter un electron qui destabiliserait temporairement le noyau et favoriserait la réaction..dans ce sens, à mes yeux, rajouter un électron quand il y en a déja un est égal a rajouter un electron quand il n'y en a pas.. comme dans l'electrolyse de l'eau...on en revient a l'experience de P et F qui est géniale surtout pour ce que l'on n'y a pas vu ou deviné..en fait, c'est pas de l'hydrogène qui rentre en contact avec la cathode en palladium mais l'ion H*..et c'est l'action de recombination de l'hydrogène sur la cathode qui créerait une instabilité transitoire du noyau..et si ceci se passe dans un environnement dense et confiné via le paladium..ça fusionne !!!
    que faire pour améliorer le rendement?? augmenter la vitesse de la chute de l"électron par une plus grande différence de potentiel ce qui serait cohérent avec les expériences de mizuno reproduite au CNAM.
    moi même j'étais convaincu de l'importance du courant en pensant à un courant alternatif tangentiel au noyau afin de faire fusionner par effet tunnel mais en fait il devrait être radial en projetant violamment l'electron sur son cation H..
    affaire à suivre..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'année 2013 se termine. Elle devait être celle de la mise sur le marché de nombreux ECat .... Quelle déception!
      Et depuis février, plus aucune intervention sur ce blog... Pourquoi ?

      Supprimer
  11. Bonsoir,

    Oui, c'est une déception, mais cela dure depuis bientôt 25 ans! Dès la découverte de la fusion froide, on pensait que les applications viendraient rapidement. On se rend compte avec le recul, que le sujet est beaucoup plus complexe que prévu. Néanmoins, il semble que Rossi ait un accord avec une grosse société américaine qui développe le produit. Cette entreprise a certainement plus l'habitude des affaires, et elle a une politique de communication plus professionnelle que celle de Rossi qui parlait beaucoup trop et trop vite.

    Par ailleurs, Defkalion et Brillouin avancent de leur côté.

    Il faut être patient...

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir en Octobre 2016 ou en sommes nous de ces recherches passionnantes?

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir,
    Les recherches avancent régulièrement dans plusieurs équipes aux Etats-Unis, en Italie, en Russie, au Japon, en Chine. De mon côté, j'ai des résultats encourageants avec les conducteurs protoniques, une technologie très peu étudiée, mais d'un grand intérêt, car on peut travailler à relativement haute température.

    Cordialement

    Jean Paul Biberian

    RépondreSupprimer