mardi 17 avril 2012

La Fusion Froide à Sienne en Italie

La semaine dernière a eu lieu un "workshop" sur la fusion froide à Sienne en Italie, 49 chercheurs étaient présents, venus d'Italie, de France, de Suisse, de Grande-Bretagne, de Russie, du Japon et des Etats-Unis. Il y fut présenté des résultats théoriques et expérimentaux.

Ce qui m'a le plus frappé est le développement par Peter Hagelstein, professeur au MIT, d'une théorie complète expliquant les observations expérimentales. Sa théorie permet de comprendre à la fois les expériences entre palladium et deutérium, mais aussi entre nickel et hydrogène. Par ailleurs son modèle donne des indications précises sur les expériences à réaliser afin de les améliorer.

Côté expérimental, les travaux antérieurs du professeur Piantelli de Bologne ont été présentés. De manière indéniable, des excès de chaleur ont été observés. En particulier un réacteur a fonctionné pendant 8 mois en produisant 60 Watts sans aucun apport extérieur.

Cette réunion a donc été très riche, et préfigure la prochaine conférence internationale qui se tiendra en Corée en août prochain.