mardi 28 août 2012

La voiture à air comprimé

Depuis plus de dix ans, j'entendais parler de la voiture à air comprimé de Guy Nègre. Finalement aujourd'hui, je l'ai rencontré dans son usine près de Nice, j'ai même pu faire un petit parcours dans un de ses modèles.
Ma première impression sur Guy Nègre a été très bonne. C'est un homme sympathique, agréable à écouter. Il est extrêmement compétent, et déborde d'idées plus intéressantes les unes que les autres. Sa voiture à air comprimé est certainement une alternative à la voiture électrique. Elle a des performances similaires, avec un gros avantage, sa simplicité de construction, et son coût de fabrication beaucoup plus faible. Un des inconvénients de la voiture électrique est le coût et le poids des batteries. Cela ne se retrouve pas avec la voiture à air comprimé, le réservoir d'air comprimé est en carbone, il est léger et ne coûte pas cher.
Le problème auquel fait face Guy Nègre est la difficulté à trouver des financements, car rien n'est prévu pour des alternatives à la voiture à combustion interne et à la voiture électrique.
Je souhaite à Guy Nègre et à son équipe le succès qu'ils méritent. La fabrication par Tata en Inde du premier modèle de série devrait faire sortir son projet au premier plan des alternatives possibles.

jeudi 16 août 2012

Conférence sur la Fusion Froide à Daejeon en Corée du Sud

La 17ème Conférence Internationale sur la Fusion Froide vient de se terminer à Daejeon en Corée du Sud. Les 152 participants venaient de 19 pays, dont deux seulement de France. Au cours de la réunion, il y eût des exposés à la fois expérimentaux et théoriques. Une démonstration publique a été faite par Francesco Celani de l'ENEA en Italie. Il a montré son nouveau réacteur utilisant un fil d'alliage de nickel et de cuivre en atmosphère d'hydrogène. La puissance électrique envoyée était de 48 Watts, et l' excès de chaleur a atteint jusqu'à 18 Watts pendant trois jours.

Les participants étaient aussi bien des chercheurs venant d'universités et de centres de recherches officiels que des industriels et des petites entreprises. En particulier, il y a eu deux présentations de la part de la société Japonaise Toyota et une de Mitsubishi Heavy Industries. Ces deux organisations travaillent dans le but à la fois de produire de l'énergie, mais aussi de rechercher les transmutations qui se produisent au cours de la diffusion du deutérium dans le palladium.  Le laboratoire Naval Reseach Laboratory de Washington a également présenté ses résultats positifs confirmant après quatre années de recherche que la Fusion Froide était réelle.

La société National Instruments spécialisée dans l'acquisition de mesures était présente. C'est elle qui avait informatisé l'expérience de Francesco Celani. Cette société avait organisé la semaine précédente une conférence avec ses clients montrant l'expérience de Celani. Il y avait 3 700 participants.

La prochaine conférence aura lieu en juillet 2013 à l'Université du Missouri aux États-Unis. Cette université a un groupe important dirigé par Robert Duncan dans ce domaine. Il y a quatre ans, la chaîne de télévision américaine CBS avait fait un reportage pour l'émission "60 minutes" sur la fusion froide. Ils avaient demandé à Robert Duncan qui à cette époque ne s'intéressait pas à la Fusion Froide de faire une enquête sur le sujet. Il avait visité plusieurs laboratoires aux États-Unis, mais aussi en Israël, et il avait été convaincu de la réalité du phénomène. Il est maintenant totalement impliqué, et c'est lui qui organisera la prochaine conférence.

Andrea Rossi n'est pas venu à la conférence, mais nous avons eu un exposé de la société grecque Defkalion qui s'installe maintenant au Canada à Vancouver où ils ont le soutien d'une agence gouvernementale.

Cordialement
Jean-Paul Biberian

dimanche 5 août 2012

Mort de Martin Fleischmann

Martin Fleischmann, co-découvreur de la Fusion Froide avec Stanley Pons est mort ce 3 août dans sa maison à Tisbury en Grande-Bretagne à l'âge de 85 ans. Il souffrait de la maladie de Parkinson, de diabète et de problèmes cardiaques.

Martin Fleischmann était un des plus grands électrochimistes de notre époque. Il était membre de la Royal Society. A l'âge de 40 ans, il a été nommé Président du Département d'Electrochimie de l'Université de Southampton. En 1979, il a reçu la médaille d'Electrochimie et de Thermodynamique de la Société Royale de Chimie. De 1970 à 1972, il fut président de la Société Internationale d'Electrochimie. En 1985, il reçut la médaille de Palladium de la Société de Chimie Américaine.

Le 23 mars 1989, avec Stanley Pons, ils annoncèrent la découverte d'un moyen économique de faire une réaction nucléaire contrôlée dans un tube à essais. Cette découverte a complètement bouleversé sa vie. La communauté scientifique en quasi-totalité a rejeté sa découverte, et il est tombé en disgrâce.

J'ai eu la chance de le rencontrer à chaque réunion ou conférence sur la fusion froide. En 2004, je l'ai accueilli à la 11e conférence sur la fusion froide qui se déroulait à Marseille. Sa dernière apparition publique fut à Rome en octobre 2009. Il était déjà très affaibli.

Nous perdons une personnalité scientifique de premier plan qui a énormément apporté à la science. Je regrette qu'il n'ait pas pu assister au renouveau de la fusion froide qui est entrain de se dérouler.

Jean-Paul Biberian