mercredi 8 octobre 2014

Un rapport de Rossi sur son réacteur

Bonjour,

Rossi vient de communiquer un rapport sur son Ecat qui montre la production de chaleur à haute température, ainsi que des transmutations de différents éléments chimiques dont le lithium et le nickel.

http://www.sifferkoll.se/sifferkoll/wp-content/uploads/2014/10/LuganoReportSubmit.pdf

40 commentaires:

  1. C'est un grand moment mais ce n'est bien sûr qu'un début. Génial dans tous les sens du termes

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez pu lire ou vous êtes en cours de lecture, avec votre analyse de scientifique, du rapport cela vous donne-t-il des pistes de réflexion nouvelles.

    Le rapport est-il, selon vous sérieux, et au meilleur niveau. Condition impérative pour une crédibilité incontestable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      J'ai lu le rapport écrit par deux scientifiques Italiens et deux scientifiques Suédois. L'analyse de la production thermique est très bien faite, et tous les détails des calculs sont fournis. Les résultats sur la chaleur produite montrent un gain d'un facteur de 3,6 par rapport à la puissance électrique injectée à 1400°C. Cela est très important pour les applications futures en particulier pour la production d'électricité. L'expérience a duré plus d'un mois, ce qui montre la fiabilité du dispositif.
      Par ailleurs, des analyses isotopiques de la poudre avant et après montrent de fortes anomalies en ce qui concerne le lithium et le nickel. Il est impossible de réaliser des changements isotopiques importants par voie chimique, nous avons donc affaire à des réactions nucléaires. Par contre, aucun rayonnement n'a été observé ni pendant le fonctionnement du réacteur ni après.

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Merci pour votre résumé du document Mr Biberian.

      Restant un peu sceptique malgré tout, probablement par nature, voyez vous des applications qui nous toucheraient un jour (vous parlez d'electricité?).Si oui, faut-il compter en décennies, années ? Peut-on savoir ?

      Le monde scientifique va-t-il être sensible à ce rapport ? Cela va-t-il attirer plus de scientifiques autour de ce sujet qu'est la fusion froide?

      Mr Rossi vous parait-il fiable ? Il me rappelle plutôt le trouble narcissique de la personnalité avec toute sa puissance manipulatrice ou autres pathologies. Une opinion pour trancher entre la science et la psychologie humaine ?

      Supprimer
    3. Bonsoir,

      Vous avez raison d'être sceptique, il faut toujours être prudent. Néanmoins, il y a deux sortes d'informations: d'une part les mesures de chaleur qui peuvent être fausses, mais de l'autre côté, il y a toutes les mesures isotopiques faites par différents laboratoires qui n'ont aucun intérêt à falsifier leurs mesures. Ces données sont très importantes à cause de la mise en évidence de variation énormes de composition isotopiques.

      En ce qui concerne les applications, cela peut aller relativement vite. Cependant, dans les pays développés nous sommes déjà tous équipés et le changement prendra plus longtemps que dans des pays en voie de développement où les infrastructures sont inexistantes. L'Afrique, et dans une moindre mesure l'Asie sont probablement plus adaptés que nous à un changement rapide. Par contre, chez nous les premières applications seront certainement industrielles, car cela est beaucoup plus facile à mettre en place que pour le grand public.

      Finalement, la première application grand public en Occident sera peut être le développement de la voiture électrique rechargée en permanence à la fusion froide.

      Supprimer
    4. Cher Mr Biberian,

      une semaine a passé et il y a eu plusieurs critiques, certaines réfutées, mais coté calorimétrie ce qui m'inquiète le plus c'est que le calibrage s'est fait à 450C, alors que le tir s'est fait vesr 1250 puis 1400C.

      ce qui relie les calculs n'est pas une interpolation, mais un modèle du raiyonnement et de la convection.

      si on remet ce test dans la ligées des autres, de la litérature LENR, il n'y a rien d'exceptionnel, et tout au plus un manque de précision à regretter, mais les plus sceptiques ne tolèreront certainement ces questions, et avec plaisir.

      l'avalyse de l'échelon de puissance de 800W à 900W (1250 à 1400C) lui par contre est assez clair.
      en supposant comme les sceptique que le réacteur est une charge passive de COP1,
      si on considère que les quelques jours de test à 1250C ont été une période de calibrage,
      peux t'on déduire sans le moindre doute que la montée de température de 150C (10% en temp absolue) pour 100W (12%) est la preuve d'une production de chaleur intense et anormale?

      12% d'augmentation de puissance aurait du causer 3% d'augmentation de la température en négligeant la convection (ce qui est peut être erroné), et pas 10%

      dans cette zone de température, m'émissivité de l'alumin ne change pas...
      mais même quel devrait être le changement en supposant que les suppositions sont fausses...

      et si la convection était mal estimée, ou changeait drammatiquement, l'hypothèse du COP1 est elle tenable ?

      en fait les testeurs ont essayé de mesurer de façon prudente la performance de ce réacteur, mais le point essentiel c'est si la fusion froide est réelle d'après ce seul test (les sceptique adorent diviser pour régner, ne jamais analyser en perspective)...

      j'ai l'intuition que l'échelon de 100W/150C est une preuve solide d'un COP>1, et ce même en supposant des conspirations inimaginables de la nature et de Rossi...
      ais-je raison?

      Supprimer
    5. Bonjour,

      En réalité, il n'y a qu'une seule question: Rossi est-il un magicien ou non. S'il est un magicien, et a réussi à trafiquer les mesures et les échantillons, alors il n'y a rien à chercher. S'il n'est pas un magicien, ce que je crois, car quand on regarde sa démarche et l'évolution de son travail, on s'aperçoit qu'il travaille en ingénieur et non pas en chercheur, alors, les données des transmutations sont irréfutables. Les analyses ont été faites par plusieurs laboratoires qui n'ont pas hésité à donner leurs nom. En particulier la concordance entre les données SIMS et ICP-MS montrant de graves anomalies isotopiques est une preuve indiscutable qu'il s'est produit des réactions nucléaires.

      En ce qui concerne la mesure de l'énergie thermique, on peut évidemment critiquer le travail d'étalonnage, mais, je me mets facilement à la place des personnes qui ont fait cette expérience. Ils ne connaissaient pas réellement l'appareillage, et ne voulaient certainement pas casser quoi que ce soit. Ils ont donc été prudents, et n'ont pas poussé la calibration. D'après ce que je peux lire dans le rapport, je comprends qu'il s'agit de personnes compétentes dans le domaine de la mesure thermique, et je leur fais confiance. A posteriori, on peut toujours trouver des détails qui auraient pu être mieux faits.

      Il y a longtemps que j’ai abandonné l’idée de convaincre les sceptiques. Ils trouveront toujours un argument pour dire que ce n’est pas possible. Il y en a même qui pensent qu’on n’est pas allé sur la Lune. J’ai moi-même serré la main du dernier astronaute qui avait marché sur la Lune, et son seul rêve était d’y retourner. Nous avons plus de 25 ans de travaux de recherche sur la fusion froide, avec des centaines d’articles accessibles gratuitement, mais si les personnes ne veulent pas se donner la peine de les lire, je ne peux rien faire pour eux. Sur mon site cryofusion.org, dans la rubrique « ressources », j’ai mis 10 articles qui me semblent pertinents et qui démontrent de manière irréfutable la réalité de la fusion froide.

      En général, les jeunes sont beaucoup plus ouverts que les anciens, et je n’ai aucun doute qu’il y a un grand intérêt pour le sujet. Je me suis aussi rendu compte que les industriels qui viennent me voir sont plus intéressés que les scientifiques. Mais je comprends que c’est difficile pour eux, car si le sujet est si important, qu’ils sont convaincus, ils devraient tout arrêter et se lancer sur ce nouveau sujet beaucoup plus important que ce qu’ils faisaient. Ce que j’ai fait et que les autres acteurs de la fusion froide ont fait. Or il est difficile d’entrer dans un nouveau thème de recherche quand on est un ancien, car on se retrouve d’un coup comme un débutant. C’est pour cela que les jeunes qui n’ont rien à perdre sont beaucoup plus ouverts. Ce seront eux qui prendront la relève avec les industriels.

      Le fait que la grande presse ne dise mot de la fusion froide montre bien que les intérêts économiques gigantesques en jeu font peur à de nombreux acteurs de la finance, de l’énergie, de la science.

      Supprimer
  3. Ce test rejoint ceux qui ont été menés par le passé, avec les memes gens impliqués.
    Que ca cesse finalement !
    D.A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est-ce qui vous gène?
      Pourquoi réagir négativement alors que tout indique que nous sommes bien en face d'un phénomène nouveau.
      C'est une posture et comme toute posture rien n'est argumenté. Tous les arguments contraire sont écartés de la main en refusant cyniquement d'y réfléchir.
      Arguments contre arguments les conservatismes ne résiste pas une seconde au faits d'aujourd'hui et d'hier pour ce nouveau feu "LENR".

      Supprimer
  4. Bonjour,

    Effectivement, ce sont les mêmes qui ont fait les tests thermiques, mais d'autres personnes on fait les analyses isotopiques, et cela est très important.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    J'ai lu avec intérêt l'article consacré au test du dispositif de Rossi. Si tout cela est exact c'est une excellente nouvelle ! En résumant (et si j'ai bien compris), on chauffe avec un courant électrique un tube renfermant de l'hydrogène "en proportion isotopique naturelle" et une poudre de Nickel & de Lithium ("isotopiquement naturels" eux aussi) avec peut-être aussi d'autres "ingrédients" plus confidentiels. On observe ensuite un dégagement de chaleur anormal, sans radiation, et des variations dans la composition isotopique des cendres…
    1er remarque: Il y a eu transmutation dans le sens où il y a eu des changements de la composition isotopique, avec création d'isotopes de rangs élevés (58NI & 60NI --> 62Ni et 6Li --> 7Li). Il n'y pas eu vraiment transmutation d'un élément chimique simple de la table de Mendeleïev vers un autre. On peut supposer que la variation de l'énergie de cohésion des isotopes est en partie responsable du dégagement d'énergie observé (via le défaut de masse).
    2ème remarque: Pourquoi ne parle-t-on pas dans l'article du devenir de l'hydrogène ? J'ai peut-être lu un peu vite, mais il me semble qu'il n'y a pas eu de bilan mené sur la quantité d'hydrogène et son éventuelle variation isotopique. C'est d'autant plus dommage, qu'il y a tout lieu de penser que ce sont les protons et neutrons de certains noyaux d'hydrogène qui se sont retrouvés au final dans les isotopes de Nickel & Lithium de rang élevé.
    3ème remarque: A des températures de fonctionnement encore supérieures, l'eau se dissocie en hydrogène et oxygène. Dans ce cas, en remplaçant l'hydrogène par de l'eau est-ce que ça marche aussi ? C'est d'autant plus pertinent qu'il est plus simple de manier de l'eau que de l'hydrogène dans un dispositif domestique tout public.
    [ ... to be continued ...]

    RépondreSupprimer
  6. [ ... Suite ...] 4ème remarque: L'effet est-il dû à la chaleur et la pression dans le tube, à une conséquence du passage du courant électrique ou à une combinaison des deux ? Difficile de répondre. Ce n'est pas qu'un effet électrique puisqu'il faut chauffer fortement le tube pour que ça marche. D'un autre côté, c'est en variant l'intensité du courant qu'on pilote apparemment le réacteur. Néanmoins il serait intéressant de voir si le même phénomène est observé hors utilisation d'un chauffage électrique. A ce propos, je n'ai pas trouvé de précision sur le courant électrique lui-même. Y a-t-il un oscillateur, une fréquence spécifique à utiliser ? En d'autres termes, un simple courant continu ferait-il l'affaire ?
    5ème remarque: Etonnamment aucune émission radiative n'est observée, pas plus que de radioactivité résiduelle. C'est effectivement très troublant, d'autant que la physique nucléaire ne sait pas en faire l'économie. Si le phénomène est avéré, c'est une chance formidable pour un futur développement domestique, bien qu'il soit fort probable que des critères de certification pointilleux soient imposés pour une commercialisation.
    6ème remarque: Le potentiel de la transmutation basse énergie est tel qu'il pourrait booster le développement de notre civilisation d'une manière radicale. Les premiers industriels à s'imposer pourraient rapidement se constituer des empires, tant le coût semble dérisoire et les bénéfices élevés en comparaison du prix actuel de l'énergie. Cela ne se passera pas sans bouleversements ni grincements de dents, mais on peut espérer qu'au final la communauté humaine dans son ensemble en sorte gagnante. L'énergie domestique à coût négligeable, c'est l'assurance d'un monde décarboné, plus respectueux de la planète; c'est aussi des individus responsables, plus indépendants et libres. A nous d'en tirer le meilleur profit et de rester vigilant devant toute tentative d'étouffement et de manipulation, comme c'est parfois le cas ailleurs… N'oublions pas qu'avec une énergie abondante, sûre et bon marché, on peut dessaler l'eau de mer, faire de la géo-ingénierie utile à la vie comme verdir les déserts, exploiter les gisements de faible teneur, nourrir convenablement la population mondiale et plus tard accéder à l'espace et coloniser le système solaire. Alors, parmi les lecteurs éclairés, y-a-t-il des ingénieurs/bidouilleurs de bonne volonté, prêts à se regrouper sous la houlette des chercheurs, pour débuter l'étude et la conception des réacteurs domestiques du futur  ? A mon humble avis, il ne faut pas trop compter sur AREVA ou les pouvoirs publics pour chambouler le marché de l'énergie …

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Je pense que bien au contraire avec des arguments aussi pertinents et avec l'urgence des crises systémique d'aujourd'hui les grandes firmes (énergies et industriels), vont se pencher avec avidités sur le berceau de la fusion froide pour en faire de nouveaux monopoles et se l'approprier.
      Comme par hasard à lire cet article:
      "http://www.e-catworld.com/2014/11/02/report-on-jonp-positive-reception-from-iterareva-scientist-to-lugano-report/"

      Bien cordialement

      Supprimer
  7. Bonjour,

    Voici quelques précisions sur l'expérience:

    Remarque 1:
    En fait, il semblerait qu'il y ait transfert de neutrons du lithium vers le nickel. Effectivement, ce n'est pas de la transmutation, mais cela dégage de l'énergie. En fait c'est le Li-7 qui a diminué et le Li-6 qui a augmenté. La réaction Li-7-->Li-6+n est endothermique, mais les autres réactions d'absorption de neutrons par le nickel son exothermiques, et au total, l'ensemble des deux réactions est exothermique jusqu'au Ni-62.

    Remarque 2:
    Il n'y a pas d'hydrogène gazeux dans cette manip. L'hydrogène est fourni par une molécule: LiAlH4.

    Remarque 3:
    Il est plus simple de mettre une molécule contenant de l'hydrogène, car cela est inclus directement dans la poudre de départ. Ce serait intéressant de voir ce qui se passe avec la même poudre deutérée: LiAlD4.

    Remarque 4:
    Il envoie un courant triphasé pulsé avec trois enroulements dans le tube d'alumine. La fréquence est à 50Hz, mais il envoie 4 impulsions courtes par cycle. On ne sait pas quel est le rôle de ce courant: chauffage et champ magnétique

    Remarque 5:
    S'il y a transfert de neutrons, il est possible qu'il n'y ait pas de rayonnement mesurable, peut être simplement des rayons-X mous qui ne sortent pas du tube d'alumine.

    Remarque 6:
    Les conséquences de la Fusion Froide sont énormes, et devraient modifier complètement notre civilisation. La Fusion Froide devrait permettre à toute la Terre d'accéder à l'énergie. Bien que les grandes entreprises ne travaillent pas sur ce sujet, tout le monde le surveille avec beaucoup d'attention;

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Jean-Paul,
      Sur ta remarque 4 : "On ne sait pas quel est le rôle de ce courant..."
      Je sais!
      EB

      Supprimer
  8. Bonjour M. Biberian,

    La nouvelle des essais probants de l’ECat en mars 2014 ma réjouit. J’ai pourtant deux ou trois questions qui me viennent à l’esprit.

    L’alimentation triphasée des résistances de chauffage est-elle indispensable et si oui pourquoi ?
    Je pense en effet que les applications les plus rapides seraient les nettoyeurs à vapeur et les centrales vapeur professionnelles ou grand public. Dans cette perspective la nécessité du triphasé est plutôt un inconvénient.

    Dans le même esprit, je n’ai rien vu sur le caractère radioactif ou non des « résidus » isotopiques étranges de nickel et de lithium. Je suppose qu’ils ne sont pas radioactifs mais j’aimerais en avoir confirmation. En supposant qu’ils soient stables, leur composition exotique pose-t-elle un quelconque problème de recyclage ?

    Enfin je crois avoir compris que l’exemplaire d’ECat testé en mars 2014 était issu d’une collaboration avec une société américaine. Est-ce que je me trompe ? Si c’est bien le cas, avez-vous des informations financières et/ou techniques et/ou juridiques sur la nature de cette collaboration ?

    Merci d’éclairer ma lanterne.
    Cordialement

    O. Ferry

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,

    Apparemment, l'alimentation tri-phasée n'est pas obligatoire, mais ce n'est pas totalement sûr. Dans ses anciennes versions Rossi n'utilisait pas de tri-phasé. Peut être a-t-il amélioré les rendements ainsi.

    Rossi a un accord avec une société "Industrial Heat" qui comme son nom l'indique produit des systèmes de chauffage industriels. Avec l'invention de Rossi, cela leur ouvre un marché qu'ils connaissent bien. Le système testé à Lugano avait été conçu par Industrial Heat, et non pas par lui-même. par contre je ne connais pas les détails de leur accord. Cette société est très jeune, elle a été créée en 2012.

    Des informations sur la société à : http://peswiki.com/index.php/Directory:Industrial_Heat,_LLC

    D'après les mesures à la fois pendant le fonctionnement, et après sur les cendres, il n'a pas été trouvé de radioactivité: neutrons, gammas ...

    Les composés de composition isotopique anormale ont une grande valeur marchande par eux-mêmes, mais je ne sais pas s'il y a beaucoup de clients, car leurs propriétés sont identiques à celles du métal naturel.

    Cordialement
    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
  10. Bill Gates se chauffe à la fusion froide? Le curseur monte d’un cran supplémentaire vers la crédibilité. Il est là!!!

    http://www.e-catworld.com/2014/11/14/bill-gates-addressed-at-enea-by-lenr-research-coordinator-what-does-he-know-about-lenr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce qui est intéressant c'est que la presse y vois un intérêt en fusion chaude alors que ses contacts, les partenaires évoqués sont ceux de la fusion froide.

      Même devant un indice intriguant, la presse ne peut rien voir. C'est classique en pensée de groupe.

      Supprimer
    2. Mais que fait notre lobby Nucléaire!!!
      Encore une fois nous passons à côté de l’histoire... Quand je vois ce que l’Europe a fait avec Philéa en faisant l’histoire,
      j’ai envie de rêver à d’autres innovations...
      La dynamique actuelle est positive pour des changements technologiques et la fusion froide. La pression de la planète y est pour beaucoup, le destin est facétieux, le timing Bill Gates/ LENR/Rosetta, Philae est parfait.
      Je vois une vraie boue de sauvetage dans la fusion froide car j'ai peur que l'humanité soit incapable de partager... La fusion froide et ses futurs développements permettront de retrouver une économie d'expansions vers l'espace. Nous devons avoir conscience que jamais l'humanité n'a connu la Mondialisation, ce monde fini en ressources...

      Supprimer
    3. Il y a peut être une influence, mais le moutonisme des média qui n'osent pas affronter le consensus, et construisent donc une illusion de consensus est ce qui me semble le plus vrai.

      un point que j'ai observé c'est que sur pas mal de sujet le seul endroit où on peut encore discuter d'hérésies, sont les journaux financiers.

      Supprimer
  11. Il est intéressant de noter que les industriels comme Bill Gates sont plus intéressés par la Fusion Froide que les scientifiques. Les industriels sont pragmatiques, alors que malheureusement les chercheurs sont bloqués dans leurs paradigmes. Quant à la presse, elle est aux mains des industriels en particulier de l'énergie, et la moindre annonce publique qu'une nouvelle source d'énergie est disponible ferait immédiatement chuter en bourse les actions de tous les acteurs de l'énergie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les industriels de l'énergie sont omniprésents et ont un control certain mais pas total sur la pensée unique qui les intéressent. Cela peut-être même justifiés car les ruptures technologiques, elles se font en général au détriment des populations et souvent par de grand plans sociaux et du chômage...
      Mais quand le gâteau devient tellement appétissant et qu'une concurrence nouvelles peut apparaître; les industriels bougent, car la fusion froide devenant un nouveau monopole énergétique elle est permettra de dégager beaucoup plus de bénéfices et de dividendes aux actionnaires que l'énergie actuelle. C'est une forme de "moutonisme", (quand le premier se jette a l'eau pour pécher un gros poisson les autres suivent, miam miam!!!).
      C'est bien l'intérêt ou la cupidité qui va être le moteur de la fusion froide pour ces industriels, le deuxième moteur est aussi politique, devant l'urgence climatique et la multiplicité des crises: financières, de ressources... Hors Bill Gates a accès très très régulièrement aux élites politiques! Cela n'a échappé à personnes!
      Je suis donc très optimiste aujourd'hui, les médias généralistes et officiels sont souvent de jolis perroquets de la pensée conforme.
      Si Bill Gates donne de la crédibilité au nouveau Feu LENR, la frilosité de ces médias peut disparaitre très rapidement, "moutonisme".

      Supprimer
    2. Tom Darden est bien introduit, mais les média empêche les faits d'être publiés.

      ce qui me choque c'est que les journaliste on modifié l'information en disant que c'est sur la fusion chaude, alors que Violante n'est pas sur ce sujet...

      Assez triste sur les média. comme L'écrit Mr Biberian dans son livre, sans Internet la fusion froide serait morte.
      Ca dérange certains média d'ailleurs de perdre le monopole du vrai.
      http://www.larecherche.fr/idees/touche-pas-a-ma-science/fusion-tous-ses-etats-jean-paul-biberian-01-02-2013-97548

      Supprimer
    3. De manière intéressante,le magazine "La Recherche" n'a pas publié mon droit de réponse.

      Supprimer
    4. avez vous une version lettre ouverte ?

      Supprimer
    5. Voici la lettre que j'ai envoyée

      Monsieur Allemand,

      Dans le numéro 472 de votre magazine, en page 89, vous faites une revue de mon livre : "La fusion dans tous ses états: fusion froide, ITER, alchime, transmutations biologiques". Je suis très surpris de lire qu'en parlant de l'expérience de Pons et Fleischmann vous disiez que "toutes les tentatives pour reproduire cette expérience ont échoué". Ceci est absolument faux, et je cite dans mon livre plusieurs travaux démontrant que Pons et Fleischmann ne s'étaient pas trompés, et qu'au contraire, ils avaient ouvert une nouvelle voie de recherche pleine de promesses pour la science et l'humanité. Ceci est attesté par les centaines d'articles scientifiques publiés dans des revues avec comité de lecture, la très grande majorité étant disponible sur le site: iscmns.org.

      D'autre part, ne vous inquiétez pas, je ne souhaite pas toucher à votre science, comme le titre de votre article "touche pas à ma science" le laisse croire. Bien au contraire, je souhaite seulement montrer au lecteur que la fusion froide est un véritable thème de recherche scientifique ayant des retombées très importantes qui mérite l'attention de tous, chercheurs ou simples citoyens.

      Cordialement

      --
      Jean-Paul Biberian
      Tel : + 33 660 14 04 85
      www.jeanpaulbiberian.net

      Supprimer
    6. fort courtois selon mes critères...
      Je la garde en référence.

      Supprimer
  12. Totalement d'accord, mais la pensée conforme des médias n'est qu'un le reflet,
    En l'occurrence le paradigme qu'une "fusion froide" est impossible. Si des personnalités et ou des officiels détenant la "vérité officielle" bougent là-dessus ils bougeront. Ils n'ont aucune autonomie et surtout ne prennent aucun risque et attendent un avis officiel clair, limpide. Je pense qu'il y a aussi beaucoup d'incompréhensions voir d'incompétences et de carriérismes de la part de ces journalistes.

    RépondreSupprimer
  13. Pour compléter la réflexion, il est important de comprendre que si Bill Gates et sa fondation s'engage dans La fusion froide avec tous les blocages existant encore il met sur la table sa propre crédibilité! C'est à souligner en rouge.
    Dès lors il peut s'accommoder dans un premier temps des approximations de certains et sous couvert de fusion chaude alimenter la fusion froide pour avoir une réponse claire, limpide à donner au monde Il ne faut oublier dans quelle cour vient à nouveau de rentrer la technologie LENR.
    A une époque la fusion froide est montée jusqu'a la dynastie "pétrolifère Bush" pour être mieux mise à mort. Aujourd'hui avec Bill Gates la Fusion froide flirte à nouveau avec les hautes sphères de notre monde. Il est intéressant d'ailleurs de comprendre que Bill Gates pourrait aussi décrédibiliser totalement cette technologie, il en a la possibilité. Pour moi c'et peu probable car une chose importante à changé, nous ne sommes plus dans la, théorie mais dans la pratique notamment grâce à Andréa Rossi et son ECAT. Le monde a aussi changé...

    D'autres informations majeurs vont certainement arriver. Il certain que nous assistons à un coup d'accélérateur sur la reconnaissance de la fusion à froid ou LENR.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mr Biberian sais très bien qu'il y a des gens tout aussi importants qui ont apporté leur soutiens a cette technologie, discrètement pour le moment.

      Mon interprétation est que Gates, comme Brillouin, Statoil, réagissent autant au teste de Lugano qu'a d'autres mouvements indépendants.

      Mais Gates a le pouvoir médiatique et la liberté médiatique, ce qui est rare, car la plupart des acteurs crédibles sont soumis à la terreur du consensus (les grans industriels, les politiques, les militaires), et la plupart de ceux qui sont libre de parler sont simplement pas assez reconnus pour influenr sur le consensus.

      Gates est médiatiquement crédible, et financièrement libre.

      C'est pour celà qu'il est essentiel de lui faire dire ce qu'il ne dit pas... qu'il fait de la fusion forcément chaude...

      a bien y réfléchir c'est tragique.

      Supprimer
    2. Bjr, je ne vois pas une activité spécialement penchée sur la fusion mais plutot sur la fission avec un generateur a neutron rapide et autres domaines d'energie. Si il s'interesse à la fusion froide (ou même chaude) je veux bien des liens concernant ses projets car en fusion je n'ai rien trouvé de concret qui concerne ses financements. Crdlt.

      Supprimer
  14. D'après ce que j'ai compris, Bill Gates va donner des fonds qui seront partagés entre différents projets dont probablement la Fusion Froide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Pourriez-vous, M. Biberian, m'indiquer la source précise qui vous permet de comprendre que la fusion froide fera probablement partie des projets financés par les fonds mis à disposition par M. Bill Gates ?
      Je vous remercie

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Je ne sais pas quels projets seront soutenus par Bill Gates. La seule information certaine est qu'il a écouté Vittorio Violante le spécialiste fusion froide à l'ENEA. Je n'en sais malheureusement pas plus.

      Supprimer
    3. Merci de m'avoir répondu.
      Je voudrais simplement faire remarquer aux lecteurs de votre blog que vous déduisez et affirmez avec une assurance sidérante que, je vous site, "Bill Gates va donner des fonds qui seront partagés entre différents projets dont probablement la Fusion Froide" d'après la seule information certaine à votre connaissance est qu'il a écouté Vittorio Violante le spécialiste fusion froide à l'ENEA.
      Dites moi, M. Biberan, pouvez vous, à la lecture de ce message, déduire de façon certaine ce que je pense de vous ?

      Supprimer
    4. Bonsoir,

      C'est justement parce que rien n'a été décidé par Bill Gates et qu'il a écouté un grand spécialiste de la Fusion Froide que j'ai dit "probablement", et non pas "certainement". J"aurais aussi bien pu dire "peut être" au lieu de "probablement"! L'avenir nous dira ce qu'il en est.

      Ne sachant pas lire dans la pensée des gens, je ne sais pas ce que vous pensez de moi. Mais vous pouvez me le dire.

      Cordialement

      Jean-Paul Biberian

      Supprimer
    5. un cut résumé de l'évènement (très court mais l'essentil est dit) est fait par
      http://www.univrmagazine.it/sito/vedi_articolo.php?id=2820
      le petit fil d'information de l'université de Vérone...

      on peut partir à la pêche via des sites comme E-cat world,
      http://www.e-catworld.com/2014/11/14/bill-gates-addressed-at-enea-by-lenr-research-coordinator-what-does-he-know-about-lenr/

      mais les média ont initialement très déformé l'évènement pour tenter d'en supprimer la fusion froide.
      On a aussi exagéré l'annonce, car Bill gates aaffirmé qu'il ne venait pas en représentant de sa fondation mais personnellement.
      http://www.e-catworld.com/2014/11/17/update-from-the-gates-foundation-joe-shea/
      On a parlé de 1 milliard mais c'est son potentiel d'investissement , pas la moindre annonce.

      quand a savoir si Bill gates est au courant, disont qu'il faut rester rationnel et admettre que quand Bill gates voit en public le coordinateur de la R&D LENR de l'ENEA... cela est calculé.

      Supprimer
  15. Il semble bien que nous assistons à un coup d'accélérateur sur la reconnaissance de la Fusion à froid ou LENR, il faut que cela continu.
    La course pour être le premier ou dans les premiers à commencé.
    Je souhaite seulement que les personnalités ou les industriels qui s'impliquent aillent jusqu'au bout, aujourd'hui ils tiennent dans la paume de leurs mains l'accélérateur ou le frein.

    RépondreSupprimer