mardi 6 septembre 2016

Le programme de la 20ème conférence sur la Fusion Froide

Bonsoir,

La 20ème conférence internationale sur la fusion froide va se dérouler d'abord en Chine à Xiamen les 29 et 30 septembre, puis au Japon du 3 au 7 octobre à Sendai.

Le programme de la partie japonaise est maintenant accessible à l'adresse:

http://iccf20.net/contents/Program.html

4 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je découvre aujourd'hui votre blog, ce qui me ravit car, pratiquement convaincu de la réalité de la fusion froide, je ne trouvais aucun interlocuteur sérieux avec qui en parler - le sujet étant encore mal connu, il offre évidemment un terrain de jeux idéal aux mystificateurs, escrocs et illuminés de tous ordres.
    Je vous pose 2 questions :
    1/ Pensez vous que la filière H-Ni explorée par ECAT et BRILLOUIN est aussi valable que celle au Pd-H que vous pratiquez ?
    2/ Que pensez vous de l'hypothèse quantique de l'effet tunnel qui permettrait à un proton de franchir la barrière coulombienne avec une faible énergie ?
    Enfin, si la fusion froide se révèle authentique - ce dont je ne doute pas - doit-on réhabiliter l'alchimie qui en est probablement la toute première apparition et traitée jusqu'à nos jours comme un reflet de la cupidité de ses adeptes bien qu'elle ait été pratiquée par Isaac Newton himself dans la dernière partie de sa vie.
    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir,

    Merci pour votre message:

    1/ Je pense que la filière nickel hydrogène est valable à cause des travaux de Piantelli qui a montré que le système fonctionnait et cela depuis de nombreuses années. Piantelli est un chercheur de grande qualité qu a publié ses résultats de manière scientifique habituelle. En ce qui concerne l'Ecat et Brillouin je n'ai pas assez d'informations pour avoir une opinion valable. Il y a beaucoup plus de travaux sur le système Pd-D que Ni-H et par conséquent nous avons beaucoup plus d'informations sur les mesures de toutes sortes. Pour les applications futures, il est probable que le couple Pd-D est plus avancé que le couple Ni-H. Mais ces deux couples ne sont pas les seuls possibles. Je travaille avec des électrolytes solides et du deutérium et les résultats sont très encourageants.

    2/ J'avoue qu'en ce qui concerne le mécanisme de réaction, je n'ai pas encore une opinion arrêtée. Je trouve du mérite à beaucoup de théories, mais à ce jour aucune ne me satisfait pleinement.

    Dans le livre que j'ai publié il y a quelques années, il y a un chapitre sur l'alchimie.

    Il est intéressant de regarder aussi du côté des transmutations biologiques qui sont très importantes.

    Cordialement

    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    ne jamais cesser de questionner les résultats de son propre travail est la principale vertue d`un scientifique. C`est d`autant plus vrai, que les résultats obtenus par ses expériences sont à memes de chambouler pas mal les théories et lois de la science bien établies.

    C`est ce qu`avait fait un groupe de chercheurs autour le prof. M .Czerski de l`université de Szczecin; Czerski et al., EPL 113 (2016) 22001.

    Ses expérinces précedentes avaient révelé un potentiel de l`effet de masquage largement supérieur à celui issu des calculs.

    Les expériences menées récemment, sous des conditions améliorées, ont considérablement réduit l`écart entre l`expérimental et la théorie.

    La seule chose qu`on pourrait espérer de ceux qui continuent de se consacrer à des recherches sur la fusion froide ou lenr serait un esprit critique semblable, au péril de perdre ses certitudes ou illusions.

    Cordialement
    D.A.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Vous avez totalement raison. Le travail d'un scientifique est de toujours douter de ses propres résultats. Dès que je trouve un résultat positif, ma première réaction est de trouver l'erreur. J'en ai trouvé beaucoup, des faciles et des difficiles. Mais quelques fois je ne trouve rien, et il faut bien que je me rende à l'évidence: l'effet est réel.

    Un ami chercheur Espagnol qui travaillait avec moi à Berkeley me disait:
    "Quand on sait ce que l'on veut, on trouve ce que l'on cherche"!

    Cordialement
    Jean-Paul Biberian

    RépondreSupprimer