jeudi 17 décembre 2009

Réchauffement climatique et aide aux pays du Sud

En supposant que le réchauffement climatique est dû à l'homme, ce qui n'est pas sûr, il y a une point intéressant à regarder de près. Ce sont les pays développés qui ont en presque totalité contribué au cours des deux derniers siècles à l'augmentation du CO2. Au cours des négociations, ceux-ci veulent que les pays moins développés préservent leurs forêts pour empêcher la formation de CO2 en brûlant le bois des arbres, et en empêchant la séquestration du CO2 par les arbres qui poussent. Or autant que je me souvienne, au temps de la Gaule, le pays était recouvert de forêts. Nous l'avons coupée pour développer notre agriculture.

Que disons nous à ces pays: ne coupez pas vos forêts, nous allons vous indemniser. C'est une façon cachée de les contrôler. Nous les empêchons de faire ce qu'ils veulent chez eux, en leur donnant à la place de l'argent. On pourrait traduire le message de la façon suivante: on vous donne de l'argent, et vous nous achetez de la nourriture.

Si nous voulons être cohérent, nous pourrions très bien transformer nos terrains agricoles en forêts comme au temps des gaulois, et laisser les autre couper leurs forêts à leur guise.

Où est passé le magnifique principe "pollueur payeur"? Il est de notre devoir de laisser l'Afrique et les autres pays en développement continuer à le faire avec leurs propres choix.

Si le CO2 est vraiment un problème pour le climat, c'est à nous à agir, puisque c'est nous qui en sommes les responsables.

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Je découvre votre blog dont m'a parlé une nouvelle amie rencontrée récemment, Rose-Ange, alors que j'émettais des doutes sur la nature anthropique du réchauffement climatique. Mais quel qu'en soit des causes, et dans l'hypothèse que ce réchauffement (?) serait, en partie tout au moins, dû à l'activité humaine, il est quand même un peu fort de faire retomber les conséquences de NOTRE développement sur des pays qui n'en seraient pas responsables... alors que dans le même temps on tient un discours imposant comme unique moteur du monde la sacro-sainte croissance en lorgnant sur le "marché" que constitue la population des pays dits émergeant : Inde, Chine, Brésil, etc... Il ne faut pas qu'ils polluent, il ne faut pas qu'ils s'industrialisent (sauf à fournir de la main d'œuvre bon marché pour nos propres industries qui délocalisent), mais il faut qu'ils consomment !
    Bien d'accord avec vous donc...

    RépondreSupprimer