mercredi 16 mars 2011

L'énergie nucléaire est-elle nécessaire?

Le drame qui se déroule en ce moment au Japon a déclenché une discussion intense entre tenants et opposants à l'énergie nucléaire. Pour avoir une opinion plus juste des décisions à prendre, il est important de mieux comprendre la situation énergétique en France et dans le monde.

En premier lieu, nous devons comprendre la place de l'énergie nucléaire dans le monde. Elle ne représente que 6% de la totalité de l'énergie consommée, toutes sources confondues. Si cela représente si peu, alors pourquoi utilisons nous le nucléaire?

1- Tout d'abord, il y a tout simplement la découverte scientifique. Une nouvelle source d'énergie ayant été découverte, naturellement les scientifiques ont souhaité la développer.

2- Les centrales nucléaires sont de systèmes complexes nécessitant une surveillance permanente, comme on peut le constater en ce moment au Japon. Même arrêtée, une centrale nucléaire doit être surveillée, contrôlée. Les combustibles usagés doivent rester dans des piscines où elles perdent petit à petit de leur radio-activité. Les déchets ne peuvent pas être mis n'importe où. Il faut les stocker dans de bonnes conditions.

3- Pourquoi la France en particulier, mais aussi les autres pays se sont-ils lancés dans le nucléaire? La réponse est double:

D'une part le nucléaire est le domaine de la bombe atomique, et un pays moderne et puissant "digne de ce nom" pense avoir besoin de l'arme nucléaire. Les recherches civiles servent les besoins militaires et réciproquement. En plus les centrales nucléaires peuvent servir à fabriquer le plutonium nécessaire à certaines armes.

D'autre part dans les années 1970, à la suite du choc pétrolier, un pays comme la France a décidé d'investir à grande échelle dans le nucléaire afin d'assurer son indépendance énergétique. Évidemment, cette indépendance est toute relative, car les voitures, et les usines utilisent plutôt du pétrole et du gaz. L'uranium nécessaire au fonctionnement des centrales vient en quasi-totalité de l'étranger, en particulier du Niger.

4- A la suite de l'accident de Three Miles Island aux États-Unis, puis de Tchernobyl en ex-URSS, la crainte d'un accident nucléaire a énormément freiné son développement. Ne pouvant pas utiliser l'argument de l'indépendance énergétique, une grande campagne a alors été lancée pour réhabiliter le nucléaire civil. La piste utilisée a été celle des gaz à effet de serre. On a trouvé le coupable idéal: le gaz carbonique, il est dangereux pour l'humanité à cause du réchauffement climatique supposé d'origine anthropique. Une alliance de fait entre les pro-nucléaires et les écologistes s'est formée pour accuser les produits carbonés: pétrole, gaz et charbon. 25 ans après Tchernobyl, la partie était quasiment gagnée, les carnets de commande des fabricants de centrales nucléaires se remplissaient, avec d'excellentes perspectives. La catastrophe japonaise a tout bouleversé.

5- Pourquoi gardons nous le nucléaire en France et dans d'autres pays? Vu que le nucléaire ne représente que 6% de l'énergie mondiale consommée, même en augmentant significativement cette proportion, cela ne changera pas grand chose sur la production de gaz carbonique. Plusieurs facteurs expliquent notre attitude vis-à-vis du nucléaire:

Il est évident que pour un pays comme la France, toute l'énergie d'origine nucléaire produite remplace avantageusement le pétrole ou le gaz que l'on aurait dû importer à grand frais avec en plus les risques d'embargo pour une raison ou une autre.

L'industrie du nucléaire est de haute technologie, elle permet à des grands groupes d'avoir un monopole sur ce segment industriel. La France a un système politique, administratif et industriel très centralisé. Notre balance commerciale a besoin de grands groupes pour assurer nos revenus à l'exportation tels que l'automobile, l'aviation, l'espace, l'agriculture, les TGV etc.

6- Peut-on sortir du nucléaire en France? Certainement oui, l'Allemagne st en train de le faire, et a mis toutes ses forces pour réussir. Ce pays est maintenant exportateur net d'électricité! La France peut faire de même, mais évidemment cela prendra plusieurs décennies. C'est un choix politique et industriel.

7- Une catastrophe nucléaire peut-elle se produire en France? Évidemment oui, bien que cela soit très peu probable. Quand l'accident de Three Miles Island s'est produit, personne ne pensait que cela pouvait se produire, pas plus qu'à Tchernobyl ou au Japon. Comme dans tout accident, il se produit quelque chose d'imprévu: une faute de conception ou une erreur humaine. Par exemple depuis plus de cent ans les trains circulent en France, et on connaît bien tous les risques d'accidents possibles, et pourtant il s'en produit encore, bien que très rarement. Quand les centrales nucléaires ont été construites, on a calculé que la probabilité de la chute d'un gros avion sur une centrales était quasi négligeable. Cela était et, est toujours vrai, sauf qu'en 2001, on a vu que des terroristes pouvaient très bien intentionnellement diriger un avion sur une centrale. A ce jour, aucune centrale n'est capable de résister à un tel choc.

8- La seule question que l'on peut se poser est de savoir si nous acceptons ce risque, avec ses avantages et ses inconvénients décrits plus haut dans ce message.

6 commentaires:

  1. Merci pour cet article très intéressant et qui résume très bien la situation

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement très intéressant. Est ce que cet catastrophe permettra de débloquer les choses et d'augmenter les recherches type "fusion froide"?

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Je viens de lire ce texte aujourd'hui publié dans le Monde http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/01/l-energie-nucleaire-est-elle-necessaire_1500273_3232.html
    J'avoue être agréablement surpris car je partage pleinement votre analyse, analyse publiée sur un media menteur. Exception qui confirme la règle de tromper le lecteur. Un chiffre cependant m'indispose : "(le nucléaire) ne représente que 6 à 7 % de la totalité de l'énergie consommée". Stéphane Lhomme indique 2% et pour ma part ayant fait des recherches sur wikipédia j'ai trouvé le chiffre de 5% que je ramènerais bien volontiers à 4% étant donné que la pose de mon panneau solaire en provenance d'Allemagne n'est certainement pas comptabilisé (un peu comme les votes "blancs" ne sont pas comptabilisés lors d'une élection).

    J'ai donc cherché à vous joindre pour vous demander d'où vous tirez ce chiffre de 6 à 7%.
    C'est important car plus la part du nucléaire est faible plus il sera possible de sortir de l'ère atomique. L'enjeu est de taille !
    Or, arrivé sur votre page et sur le même article écrit deux semaines plus tôt, l'origine, le chiffre 7 n'apparaît pas !
    Ajouté en édition aujourd'hui dans le Monde ...

    Monsieur Biberian vous me paraissez fort sympathique et j'aime beaucoup ce que vous écrivez notamment sur ce que vous attendiez des cours d'Histoire, j'en attendais la même chose.
    Mais pouvez-vous m'éclairer sur ces chiffres ?
    2, 4, 6 ou 7 % ... sur quoi vous basez-vous ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Je tiens ce chiffre de 6% de Normand Moussou de l'Université de Montréal qui avait fait une présentation dans notre laboratoire. Plus tard, j'ai entendu à la radio le chiffre de 7%. C'est pour cela que j'ai mis 6 à 7%. Mais vous avez certainement raison le chiffre réel est peut être beaucoup plus faible. Pour ma démonstration, cela suffit tout à fait.

    Merci pour votre appréciation de mes idées,

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour J. P. Bibérian,
    Mais que pensez-vous de la façon dont nous sommes informés sur les "progrès" de la situation à Fukushima (je devrais dire dans le monde ) ?
    Merci (je vous ai aperçu à une conférence à Barcelone l'an dernier, mais ma discrétion naturelle m'a empêché de vous inportuner) -

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Les informations venant de Fukushima sont fragmentaires pour deux raisons: d'une part ils ne savent pas vraiment ce qui se passe dans les réacteurs, et d'autre part ils ne veulent pas affoler la population surtout locale. De gros enjeux financiers sont en cours, et ils espèrent probablement limiter les dégâts financiers.

    La difficulté dans une situation comme celle-ci est de faire un équilibre entre d'une part une protection la plus grande que possible des populations, mais d'autre part de ne pas trop créer de nouveaux problèmes liés à l'évacuation de trop de monde. En plus, cette zone est dévastée par le tremblement de terre et le Tsunami qui a suivi.

    J'avoue que je n'aimerais pas être à la place des responsables de cette catastrophe. je pense que pour eux, l'urgent est le traitement des centrales nucléaires qui doit être résolu le plus rapidement possible.

    RépondreSupprimer