jeudi 12 septembre 2019

Jeudi 12 septembre 2019 : ICCF22 4ème jour

Cette journée a été bien remplie et s'est terminée par le banquet et la remise de la médaille Préparata. Ce prix a été remis à Vladimir Vysotskii, chercheur à la fois théoricien et expérimentateur.

J. E. Kaal, "Nuclear Transmutation and mass defect explained with the structured atom model"

Le modèle propose que le noyau atomique est composé de protons reliés par des électrons. En développant ce modèle ils arrivent à une construction du noyau arborescent qui permet de retrouver un grand nombre de propriétés du noyau.


L. N. Bowen, Colorado Mountain College, " The electromagnetic considerations of the nuclear force"

Ce modèle du noyau est créé à partir de neutrons et de protons composés de trois quarks. La structure du noyau est calculée à partir des forces électrostatiques et électromagnétiques. Les calculs sont faits en tenant compte de l'ensemble des liens entre premiers voisins. D'après ce modèle, le noyau a non pas une forme sphérique, mais a la forme d'un bâton. Cette information est intéressante, car il est connu que les noyaux atomiques ont un moment quadripolaire, incompatible avec une forme sphérique.


Philippe Hatt, chercheur indépendant, "Cold nuclear transmutations light atomic nuclei binding energy"

Le modèle du noyau de Hatt n'est pas tri-dimensionnel, mais ne s'occupe que des liaisons entre sous structures du noyau.A partir de 4 liaisons, il arrive à retrouver toutes les masses nucléaire avec une très grande précision.


William Collis, chercheur indépendant, "An empirical global calculator of atomic masses"

Depuis de nombreuses années, Collis a développé un modèle permettant de calculer les énergies de liaison avec une grande précision, mais avec un grand nombre de paramètres. En pratique la masse de chaque noyau est calculée en faisant la moyenne entre les masses des noyaux voisins ayant un proton en plus ou en moins et un neutron en plus ou en moins. Ce modèle empirique n'est pas tri-dimensionnel.


Vladimir Vysotskii, Kiev National Shevchenko University, Ukraine, "Anomalous LENR effects and its justification based on the method of coherent correlated states"

 Le modèle de Vysotskii continue à s'améliorer en montrant que pour que la fusion entre deux noyaux de deutérium, le modèle des états corrélés cohérents n'abaisse pas la barrière de potentiel. En fait les états corrélés permettent d'élargir les puits de potentiel et cela permet d'accroitre la transparence de la barrière de potentiel.


Francis Tanzella,  Energy Research Center, "Mass Flow Calorimetry in Brillouin's Reactor"

Le réacteur de Brillouin se compose d'un tube d'alumine chauffé de l'intérieur par un fil résistif. le tube est ensuite recouvert d'un film de cuivre qui sert d'électrode de retour du courant. Sur le cuivre il est déposé une couche d'alumine qui sert d'isolant, et enfin un film de nickel. Des impulsions de courant de 20 à 50ms et de grande tension électrique sont envoyées entre les deux électrodes. La calorimétrie est faite avec une circulation d'eau froide, mais aussi à partir de mesures de température grâce à un modèle mathématique. Un COP de près de 3 a été mesuré entre 200°C et 600°C.


Ubaldo Mastromatteo, "ENR evidence with hydrogen and deuterium loading in thin palladium films"

A la suite des travaux de Mizuno qui a utilisé des grilles de nickel sur lesquelles il avait déposé du palladium, Mastromatteo a reproduit ce même système en déposant par voie électrochimique du palladium sur une mousse de nickel. Au premier chargement le deutérium rentre très lentement dans le nickel. Après avoir désorbé à chaud le deutérium, le deuxième chargement est beaucoup plus rapide. Le taux de chargement en hydrogène du nickel a atteint la valeur de 0.6 D/Ni.  L'excès de chaleur mesuré par une sonde sur l'échantillon montre est de 7Watts.


Yasuhiro Iwamura, Tohoku University Sendai, Japon, "Excess heat generation using a nano-sized multilayer metal composite and hydrogen gas"

A la suite de ses travaux lorsqu'ilétait chez Mitsubishi avec  des multi-couches Pd/CaO, Iwamura a continué dans cette voie, mais cette fois-ci avec des multi-couches Ni/Cu sur déposées sur un substrat de nickel. Il a réalisé des expériences avec 6 couches, mais aussi en rajoutant des couches intermédiaires de CaO, Y2O3. Les excès de chaleur obtenus on étés jusqu'à 9Watts, correspondant à 1keV par atome d'hydrogène. De nombreuses analyses ont été faites sur ces couches pour essayer de déterminer quel a été le mécanisme en jeu. Une analyse pas SEM-EDX a montré la présence de Zr, Na, Mg, Al, K, P


Alexander Klimov, Technical State University, Moscou, "Review of the proceedings of the 25th Russian conference on Cold Nuclear Transmutation of chemical elements and ball lightning"

Chaque année depuis l'annonce de la fusion froide, les chercheurs Russes se retrouvent  Sotchi pour une conférence. Klimov a rappelé les principaux résultats obtenus l'an dernier. Cette année, il n'y a pas eu de conférence, car plusieurs d'entre eux sont venus à ICCF 22.


Gianni Albertini, Universita Politecnica delle Marche Ancona, Italie, "Th-232, Ni-63, Co-57: three anomalous decays suggesting the feasability of radionucleide neutralization"

Le modèle utilisé est celui d'une déformation de l'espace temps quadridimensionnel de la relativité. Dans cette approche, l'énergie générée par une réaction nucléaire peut produire une déformation de l'espace temps. D'après leurs observations l'application d'ultra sons peut produire une baisse de la radio-activité d'éléments radioactifs.


Alexander Klimov, Technical State University, Moscou, "Thermal energy release in a swirl heterogeneous reactor at pulsed repetitive electrical discharge"

Dans une décharge plasma avec de la vapeur d'eau et des poudres d'aluminium, il se produit une dissociation de la molécule d'eau avec oxydation de l'aluminium pour former Al2O3, et dégagement d'hydrogène. Mais les énergie mesurées sont beaucoup plus grandes que ce que la chimie permet. Un COP  de 2.5 a été observé.


Vladimir Vysotskii, Kiev National Shevchenko University, Ukraine,"Formation, evolution and application of correlated packets in LENR experiments"

De nouveaux détails sur le modèles des états corrélés ont étés donnés, en particulier l'utilisation de champs magnétiques alternés afin de créer ces états.


Mitchell Swartz, Nanortech Inc, "Superhyperfine structure of the deuteron line emission from active ZrO2PdD Herals an fcc vacancy"

Swartz a montré que la raie d'émission a 327.37Mhz était en fait dédoublée, ce qui d'après lui indique que le deutérium est soit dans une lacune de palladium, soit dans une lacune de ZrO2.


L. N. Bowen, Colorado Mountain College,"Primary and secondary reactions in a LENR with a Li electrolyte solution"

En partant des mécanismes classique des réactions entre deux noyaux de deutérium qui donnent principalement du tritium et des neutrons, et quasiment pas d'hélium-4, Bowen a utilisé les critère habituels des réactions nucléaires, c'est à dire: densité des atomes de deutérium dans l'électrode, vitesse des atomes pour calculer le nombre de neutrons produits. Ces neutrons réagissent en suite avec le Li-6 présent dans la solution pour produire de l'hélium-4. De la même manière dans la cathode, la réaction T+D-->He-4 +n. Le neutron va encore produire comme précédemment de l'hélium-4. Avec les lois classiques, on comprend qu'il n'y a ni neutrons ni tritium qui soit produit, seulement de l'hélium-4 et de la chaleur.



1 commentaire:

Archives du blog