mardi 14 avril 2015

ICCF19 à Padoue, day2

Cette deuxième journée a été beaucoup plus scientifique avec des exposés orientés sur des expériences fondamentales et aussi des théories.

Melvin Miles a eu des relations proches avec Martin Fleischmann, et possède une grande quantité de lettres avec lui, qu'il va publier prochainement. Il a révélé en particulier que Martin Fleischmann lui avait dit que l'expérience ne pouvait pas se produire en dessous de 60°C. Il a aussi annoncé que dès 1988 lui et Stanley Pons avaient mesuré la production d'hélium.

Peter Hagelstein, un théoricien de très haut niveau du MIT a montré la production de rayons-X avec un système de vibration à haute fréquence sur des films métalliques.

Vittorio Violante, de l'ENEA à  Frascatti a montré l'effet de champs magnétiques pulsés dans la production d'excès d'énergie dans des expériences d'électrochimie.

David Kidwell, de la Navy à Washington a mesuré des excès de chaleur importants avec  l'absorption de deutérium gazeux dans des poudres de palladium recouvertes de ZrO2.

Orchideh Azizi, de l'Université du Missouri a montré que les différents prétraitements des électrodes en palladium ne changeait qu'à la marge le taux de chargement final des électrodes de palladium en hydrogène.

Jirohita Kasagi, a  montré que les réactions deutérium-deutérium avec des faisceaux de basse énergie de deutérium sur une cible métallique solide ou liquide se produisaient avec des rendements de réaction beaucoup plus élevés que prédit par les théories classiques. Il y a donc à basse énergie une anomalie.

Dimitrii Filippov de l'institut Kurchatov, en Russie, et collaborateur de Leonid Urutskoev a montré que des noyaux lourds pouvaient transmuter sous l'influence de champs magnétiques très intenses.

Hioki Tatsumi, de Toyota au Japon a étudié le chargement en deutérium dans des mésopores chargées en palladium.

Akira Kitamura de la société Technova au Japon a montré l'excès de chaleur dans des expériences avec des poudres de palladium et d'alliages recouverts de ZrO2 dans un calorimètre à flux massique refroidi avec de l'huile.


La suite à demain....

2 commentaires:

  1. Dommage qu'on ai raté Mastromatteo...

    RépondreSupprimer
  2. Merci M. Bibérian de nous faire partager en français cette conférence internationale.

    RépondreSupprimer